A toi, qui m’as bousculée ce matin

Oui, à toi, qui pressé et visiblement de mauvaise humeur, a décidé de me décocher un coup d’épaule dans le visage.

A toi qui, non content de me faire vaciller dans un escalier, n’a pas non plus supporté que je me retourne pour te demander des comptes.

A toi qui, du coup, en a également profité pour m’envoyer une bordée d’insultes.

Oui, voilà, à toi, je voulais te dire que presque une heure après, alors que j’écris ces mots, j’en tremble encore. J’en suis encore toute secouée, de cette agression gratuite, physique et verbale. D’autant plus qu’en perdant l’équilibre dans cet escalier que j’emprunte tous les jours pour me rendre au boulot, je me suis fait bien peur.


Mais sache que si je tremble, c’est surtout de rage, de voir comme quelqu’un peut décider, un beau matin, de s’en prendre à celui qui croise son chemin. Surtout, avouons-le, quand cette personne n’est visiblement pas en capacité de répondre, hein ? Je suppose que ton épaule ne serait pas forcément venue cogner ma pommette si fort si j’avais été un homme un peu plus grand et un peu plus costaud que toi, n’est-ce pas ?

Alors oui, peut-être que tu as plein de raisons d’être en colère, peut-être qu’on t’a annoncé de mauvaises nouvelles, que ta journée a mal commencé, que ton réveil n’a pas sonné et que ton chat a pissé sur ta dernière chemise repassée, que tu es en retard et que la région parisienne et sa folie des transports te fatigue.

Peut-être que tu as toutes ces excuses.

Mais quand même, alors que tu fais sûrement la morale à tes propres gamins pour qu’ils ne s’en prennent pas à plus petits et plus faibles qu’eux, ça t’a fait du bien, hein, de me bousculer, comme ça, de te venger sur moi ?


J’espère qu’un jour, tu réaliseras la mesquinerie de ton geste. Peut-être que ce sera dans longtemps, lorsque tu seras grabataire et que la jeune fille devant toi ne t’attendra pas pour te tenir la porte de la boulangerie, ou lorsqu’un enfant un peu trop vif te fera perdre l’équilibre en sortant de la pharmacie. Et peut-être que ce jour tu réaliseras qu’on est toujours le faible de quelqu’un d’autre, et qu’au lieu d’enfoncer celui du dessous, on ne perd pas beaucoup de temps à lui tendre la main.

Publicités

12 réflexions sur “A toi, qui m’as bousculée ce matin

  1. Ça me fait tellement de peine de lire cela… Et pourtant, ca m’est arrivé tellement souvent aussi (sauf que je ne dis rien). Des sacs, des coups… Les gens sont stressés à Paris malheureusement… Essaye de te détendre vite. Pas évident, courage tout plein 😉

    Aimé par 2 people

  2. Je n’habite pas Paris, par chez moi c’est plus calme. Mais quand c’est l’heure de pointe dans les transport en commun c’est tout pareil. Des gens pressés, fatigués. Je ne dis rien, de toute façon je n’ai aucune répartie.
    Respire un bon coup.
    J’aime beaucoup ta phrase « on est toujours le faible de quelqu’un d’autre ». C’est tellement vrai. Je tache toujours de ne pas l’oublier.

    Aimé par 1 personne

  3. Hou je suis triste de lire ça et j’imagine la peur que tu as du ressentir 😦 pour avoir vécu longtemps en région parisienne c’est en effet une des chose que je ne regrette pas, pas parce que je pense que les gens sont plus sympas en province, mais simplement parce que j’ai la chance de ne plus prendre les transports en commun pour aller travailler. Je suis choquée du geste de ce monsieur mais encore plus qu’il t’ai insulté après. Il doit être bien malheureux et bien mal dans sa peau pour réagir comme ça… Courage pour les mois à venir !

    J'aime

  4. Je ne sais pas quoi te dire … j’ai la chance d’habiter en campagne et de ne quasiment jamais prendre les transports en commun …
    je suis d’autant plus triste de lire ça qu’il devait bien voir que en plus tu es enceinte ! La frayeur de s’imaginer tomber dans les escaliers …
    Pleins de bisous de réconfort

    J'aime

  5. Je te jure parfois on aimera avoir des supers pouvoirs pour envoyer ce genre de connards graviter autour d’une planète obscure jusqu’à ce qu’ils comprennent qu’on ne sort pas grandi en écrasant et en méprisant les autres.
    Plein de bisous et vivent nos blogs qui nous servent de défouloir, on en a bien besoin certaines fois ❤

    Aimé par 1 personne

  6. C’est souvent dans ces cas là que mes collègues et connaissances disent qu’heureusement je n’ai pas d’autorisation de port d’arme… parce que ce genre de comportement ça me rend dingue. Je degoupille (et j’ai déjà mis une droite dans un de ces moments là à un homme d’une tête de plus que moi… oui je suis inconsciente) et je me mets à hurler à insulter à crier encore plus fort en ameutant tout le monde. ..
    En tout cas je suis désolée pour toi et j’espère que ça va mieux. Pleins de câlins (si tu sais me faire une description détaillée je peux peut être le retrouver pour lui péter les genoux)

    Aimé par 1 personne

  7. Quel goujat ! (Oui mes expressions sont un peu datées) je compatis d’autant plus que j’ai l’impression que enceinte on est plus vulnérable bien sur mais aussi pour ma part j’ai aussi des colères beaucoup plus fortes et durables face aux gens qui me manquent de respect…

    Aimé par 1 personne

  8. Merci à toutes pour vos petits mots de soutien ! Franchement, c’était plus de peur que de mal, et j’étais plutôt secouée par la surprise que par une vraie frayeur, mais ça m’a fait du bien de mettre tout ça par écrit et de lire vos gentils retours.

    Bon, et pour les plus motivées d’entre vous, on se monte un gang de vengeresses masquées ?! 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s