Entre amis

Celle qui prenait sa place

wp-1598726133043324017198056352344.jpgAu moment où j’écris ces lignes, il ne reste plus que quelques jours avant que Nymphette fasse sa toute première rentrée à l’école, en petite section. Cette nouvelle étape si importante à l’échelle de sa petite vie, me pousse à me pencher sur les évolutions discrètes de ces derniers mois chez ma Nymphette jolie.


Discrètes, oui, parce que notre Nymphette est comme ça : calme, attentive, posée. Cela ne l’empêche pas d’être également espiègle et pleine de vie, mais depuis toujours, on ne sent pas chez elle les affres des émotions fortes qui ont rythmé la vie de son aînée jusqu’à très récemment.

Nymphette avance doucement, tranquillement, sereinement. Ce qui ne veut pas dire lentement pour autant : elle parle déjà très bien et a un vocabulaire riche, qu’elle prend plaisir à utiliser, elle est propre depuis plus d’une année déjà, de jour comme de nuit, elle connaît ses couleurs, reconnaît les lettres de son prénom.

J’arrête ici la liste de ses compétences, car ce n’était pas, à l’origine, le sujet de cet article. Pourtant, je me rends compte en mettant mes pensées par écrit, que notre deuxième petite fille n’est pas facile à décrire : elle a une personnalité très particulière.

Au tout début de l’été, nous l’avons laissée en Bretagne, chez ses grands-parents. C’était la première fois qu’elle partait aussi longtemps loin de nous, sans même sa soeur à ses côtés. Ce n’était pas véritablement une volonté de notre part : nous y avons plutôt été poussés par les circonstances de ces derniers mois, et notamment notre organisation en télétravail et la non-réouverture de sa crèche au mois de juin.

Ce long séjour loin de nous l’a fait pousser à toute vitesse : nous avons retrouvé une petite fille qui a grandi, mûri, et qui continue de m’épater par sa capacité d’adaptation. Comme je l’ai fait récemment pour sa grande soeur qui a profité du confinement pour s’épanouir, j’ai envie de poser par ici les impressions que me laisse la découverte de toutes ces évolutions chez ma toute petite grande fille.

wp-15987260913427701383089936291646.jpg

Pendant longtemps, j’ai cru que le caractère intense de son aînée ne permettrait pas à Nymphette de se faire facilement sa place dans la fratrie : c’était un bébé tellement calme que pendant des mois, ses besoins facilement apaisés nous laissaient largement la place de nous arracher les cheveux à essayer de gérer les tempêtes de sa grande soeur.

A la fin de sa première année, mon bébé escargot si attentive et observatrice commençait déjà à montrer une prédilection pour les échanges en général, et le langage en particulier. A quelques semaines de son entrée à l’école, elle a un vocabulaire impressionnant (« Maman, ça c’est cramoisi, comme couleur ! ») et, surtout, elle est très à l’aise en société, que ce soit parmi d’autres enfants ou au sein d’un groupe d’adultes. Cela m’impressionne d’autant plus que ce n’est pas le point fort de Poupette.

Côté émotionnel, Nymphette fait aussi preuve d’une grande maturité : pas de crises, peu de larmes, jamais de colères. Elle sait se faire entendre lorsque quelque chose ne lui convient pas, mais contrairement à sa soeur au même âge, elle le dit posément et accepte le compromis. On ne sent pas bouillonner en elle toutes ces émotions si difficiles à gérer pour nos petits entre deux et quatre ans. Rien ne nous dit que les bouleversements de ces prochains mois ne réveilleront pas le volcan de ses émotions, mais en attendant, sa maturité m’impressionne.

Elle a du caractère, elle cherche de plus en plus à être autonome et est très fière de ses progrès, notamment au niveau moteur (« Regarde comme je cours vite, maintenant ! Et je sais me balancer toute seule, en plus ! »). On sent que ce point-là, qui est un peu plus difficile pour elle, la chagrine parfois. J’espère que les cours de sport à l’école lui donneront une nouvelle aisance et la confiance en elle que l’on sent parfois encore un peu fragile.

Sa position dans la fratrie est loin d’être évidente, coincée entre une grande soeur intense et un petit frère qui ne l’est pas moins, mais je trouve qu’elle arrive à trouver sa place, doucement, tranquillement, sereinement.

Sa rentrée s’annonce compliquée, avec une classe en sureffectif, des conditions pas forcément idéales pour démarrer sa scolarité. Mais j’espère que son extraordinaire capacité d’adaptation lui permettra de trouver sa place dans ce nouveau quotidien épuisant.

wp-15987259038304256328748162065306.png

Et vous, comment vous sentez la rentrée de vos tout-petits, ceux qui découvriront l’école pour la toute première fois ? Et pour les autres, qui y retourneront après cette longue phase sans école ?

10 réflexions au sujet de “Celle qui prenait sa place”

  1. Une bien jolie petite fille toute douce et mature. Je lui souhaite une jolie rentrée et j’espère qu’elle arrivera à s’épanouir encore plus et se sentir bien dans sa classe.
    Ici le rentrée c’est bien passée. Ma grande est très heureuse d’être retournée à l’école, elle a bien conscience que la grande section c’est la dernière étape avant le cp tant attendu.
    Pour ma 2e c’est plus compliqué. Se retrouver à la maison qu’avec moi, même si on fait pas mal de choses toutes les deux, est un peu dur. Sa soeur lui manque, après 6 mois ensemble.
    Ce changement de rythme n’est pas facile, il faut qu’elle retrouve une petite routine.

    Aimé par 1 personne

    1. Quel âge a ta deuxième ? Elle n’est pas en crèche, c’est ça ?
      Quant à la grande section, quelle chouette année : en effet, ils ont conscience d’être grands, ils sont à l’aise avec les codes de l’école. Qu’elle profite !

      J'aime

      1. Elle a 2 ans et demi et non pas de crèche, je n’ai pas eu de place après 2 ans d’attente. On prend notre rythme toutes les deux et elle apprécie encore d’aller chercher sa soeur à l’école et de profiter de la soirée avec elle.

        Aimé par 1 personne

  2. Je souhaite à ta Nymphette jolie de vite trouver sa place dans ce système scolaire parfois pas toujours adapté à nos petits enfants et dans ces circonstances particulières … Bon courage à ton coeur de maman 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Jolie puce ! Qu’elle continue comme ça son petit bonhomme de chemin!
    Notre Kiwi est aussi rentré en petite section, beaucoup moins mature que ta Nymphette mais je pense que l’école va le faire grandir ces prochaines semaines.

    Aimé par 1 personne

  4. le sureffectif c’est un vrai problème! J’ai commencé l’année à 24 ce qui est une chance (et d’ailleurs on risquait une fermeture s jamais certains enfants revenaient en retard de vacances) mais pour avoir fait des rentrées à 31, c’est l’enfer en maternelle! Même 24, c’est encore beaucoup! Ils sont combien dans la classe de ta petite?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s