Je me questionne

Du déconfinement à la désillusion

IMG_20200516_202651_805Je vous en parlais l’autre jour sur Instagram : je vis beaucoup moins bien la période actuelle que le confinement. Et si on m’avait dit cela quelques semaines auparavant, je n’y aurais jamais cru !


Lorsque nous étions en plein dedans, sans date de fin à viser, rien ne me paraissait plus anxiogène que cette cohabitation forcée à nous cinq dans des conditions rendues complexes par l’âge (et le nombre !) de nos enfants et le fait que nous devions tous les deux télétravailler.

De manière naïve, je pensais qu’une fois passée cette fameuse date de fin, nous retrouverions un second souffle. J’avais déjà commencé à me faire à l’idée que nous pouvions faire une croix sur la vie d’avant. Je savais que je pouvais oublier mes petits plaisirs de balades parisiennes et de restos entre Mamans, la joie simple des sorties ludiques avec mes tout-petits ou encore les bouffées d’air que me donnaient mes cours de Pilate Maman-Bébé. Tous ces petits bonheurs qui rythmaient le quotidien de mon congé parental étaient dorénavant derrière moi, j’en avais bien conscience.

Et pourtant, à partir de ce fameux 11 mai, je me suis fait rattraper par une vague d’amertume qui m’a frappée de plein fouet. En voyant les enfants des uns retourner à l’école, les bébés des autres retrouver le chemin de la crèche, j’ai éprouvé une grande amertume. J’ai été jalouse du nouveau quotidien de celles et ceux qui redécouvrent un temps où ils peuvent oublier, pendant quelques heures, leur casquette de parent pour se consacrer à leur travail.

IMG_20200408_094033_208

Je n’en suis pas bien fière, évidemment, et je sais bien que chaque situation est unique, que c’est complètement stérile de se comparer et de penser que le quotidien des autres est tellement plus enviable que le sien. Mais je n’y arrivais pas, tout simplement.

Je crois que je n’avais pas encore digéré tous les changements dans notre vie. Certes, ces changements paraissent bien minimes face à l’angoisse et la folie meurtrière de cet affreux virus ! Et pourtant, ils m’affectent chaque jour, chaque minute, au quotidien. Ils sont légitimes et, je le crois, partagés par bien des mamans autour de moi….

Les premières semaines, je me suis fait du mal en réalisant, petit à petit, tout ce qui aurait dû être et qui ne sera pas. Et plus le temps passait, et plus la liste se rallongeait.

Je reste évidemment consciente que notre situation était loin d’être critique : nous n’avons pas eu de cas de personnes touchées par la maladie dans notre cercle familial et d’amis proches, notre travail à tous les deux n’est pas en danger et nous bénéficions de conditions qui nous permettent de ne pas avoir de perte de salaire, nous avons la chance d’avoir un petit extérieur qui nous permet de faire prendre l’air très facilement aux enfants, etc etc….

Tous ces points, qui sont loin d’être des détails, nous ont permis de tenir, de garder la tête haute et de continuer à puiser dans des ressources insoupçonnées.

Mais là, de voir les uns et les autres retourner doucement vers une vie un peu plus normale, moins confinée en tout cas, alors que nous continuons à être englués dans un quotidien qui ne change absolument pas, ça a été très difficile à accepter.

IMG_20200510_001710_516

Je ne m’étendrai pas sur ce sujet délicat ici, mais notre mode de garde pour Nymphette et Poussinet est en train de disparaître, et cela se fait dans la douleur pour tout le monde. Cette situation nous force à trouver encore plus d’énergie alors qu’on se sent déjà à bout.

Alors j’espère sincèrement qu’avec la limite des 100 km qui vient tout juste d’être levée, nous pourrons trouver une échappatoire, le temps d’une parenthèse bretonne, par exemple, même si rien n’est simple, avec notre grande tribu et le fait que nous n’avons pas de voiture.

Je m’accroche aussi à ces moments heureux volés à ce quotidien bien trop rempli : bien que l’école n’ait toujours pas repris (nous ne sommes même pas sûrs que Poupette pourra retourner en classe avant son entrée en CP….), les filles recommencent doucement à avoir une vie sociale, à renouer avec les copains, et on voit le bénéfice immédiat sur leur comportement.

Une semaine. C’est le temps qu’il m’a fallu pour mettre en ordre toutes mes émotions, pour faire taire la jalousie mal placée et pour réaliser que malgré tout ça, on fait partie des chanceux que la maladie et le deuil ont épargnés ❤


Et vous, vous le vivez comment, le déconfinement ?
wp-1590757934909717328168161290475.png

21 réflexions au sujet de “Du déconfinement à la désillusion”

  1. Ici aussi le quotidien n’a pas changer .. a part deux sorties dehors le week end, la crèche n’a pas repris pour nos deux petits, on est a bout de souffle l’un comme l’autre , notre famille est a 500 km en province et comme toi nous n’avons pas de voiture (bien intéressée par des bons plans de vacances pas trop galere !)
    Bref on va y arriver mais dans quel état …
    Je m’énerve de plus en plus sur mes enfants et ça me désole …

    Aimé par 1 personne

    1. Oh en effet, nos situations sont vraiment similaires : familles au loin et sans voiture pour aller facilement prendre l’air, changer d’horizon et faire courir les enfants….
      Comme tu dis, on va y arriver, oui, c’est sûr, c’est pas comme si on avait le choix de toutes façons, mais dans quel état ?
      Et vous aussi, vous devez télétravailler en plus de gérer les deux petits ? Ils ont quel âge, tes enfants ?
      Bon courage, en tout cas, et essaie de rester bienveillante envers toi-même : c’est tellement éprouvant comme situation ❤

      J'aime

  2. Franchement c’est compréhensible ! Nous avons tous vécus la fin du confinement accrochés à la date butoir du déconfinement. Et si le deconfinement n’en est pas un…
    C’est vraiment triste pour votre super crèche parentale 😥 j’espère que vous trouverez vite une autre solution de garde 🤞🏾😘

    Aimé par 1 personne

    1. Oh la la, oui, cette histoire de crèche parentale, c’est la cerise sur le gâteau : au-delà du fait qu’on se retrouve sans mode de garde, ça me brise le coeur et me rend très amère que ça se finisse comme ça….
      Bon courage à toi, avec ton tout-petit !

      J'aime

  3. Je me retrouve totalement dans ce que tu dis et tu le sais.
    J’avoue que j’ai quand même du mal à voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide.
    Ces derniers mois, me laissent un goût vraiment amer.
    Bon courage à vous. J’espère que l’été va nous permettre de retrouver un peu de sérénité.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, je le sais…. C’est tellement difficile, surtout dans ces moments de notre vie qui sont déjà si bouleversants, de devoir cumuler tant d’incertitudes, d’angoisses et de frustration….
      J’espère aussi que l’été nous apportera à toutes les deux un peu de sérénité, du temps avec nos parents et, je l’espère très fort, du temps ensemble ❤

      Aimé par 1 personne

  4. Ici le quotidien n’a pas vraiment changé non plus, je suis toujours mère au foyer à faire l’école et la crèche à la maison. La reprise de l’école pour ma grande ne se fera qu’en septembre, plus par choix que par obligation. Par contre pas de crèche en septembre pour ma ée non plus et là c’est vraiment embêtant. Il va falloir que je ttrouve une solution pour qu’elle se sociabilise un peu avant l’école (elle a adoré le confinement, ne voir personne d’autre que ses parents et sa soeur le saint graal pour elle).
    Comme pour toi, mon mari continu de télétravailler. Nous ne vivons pas dans la peur d’une perte de salaire ou de travail et c’est tout de même confortable.
    Nous profitons de chaque petits bonheurs quotidien et meserons notre chance d’être tous les quatre. Ce n’est pas facile tous les jours c’est vrai, mais on fait comme on peut.
    Ce qui change, c’est de pouvoir profiter d’un barbecue entre voisins, de pouvoir échanger nos galères et nos bons plans et de voir nos enfants jouer ensemble et avoir l’illusion d’avoir retrouver une vie normale.
    La barrière des 100 km est maintenant levée, nous allons pouvoir profiter de nos familles.
    Bon courage Louna, et j’espère de tout coeur que vous pourrez profiter de petites parenthèses familiales ou entre amis qui font un bien fou.
    Charlène ou Anna Breizh 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Oh mais Charlène et Anna Breizh sont une seule et même personne ! 🙂
      Merci pour tes mots : ça me fait du bien de voir que nous sommes plusieurs dans la même situation…. Comment ça se fait que ta petite n’a plus de place en crèche pour septembre ?
      Et oui, tu as raison, recommencer doucement à revoir les uns et les autres, même si pour nous ce n’est pas la famille, ça fait du bien !

      J'aime

      1. Et oui la même personne !
        Cela fait 2 ans que j’attends cette place. Aucune idée du pourquoi du refus. Voyons le bon côté, elle restera avec mi plus longtemps 😊

        J'aime

  5. Je comprends tout à fait ta tristesse, ta frustration et même ta jalousie, et j’espère que tu vas t’y faire, à défaut de pouvoir changer les choses sur lesquelles tu n’as pas prise, malheureusement… Ma petite soeur qui a deux enfants est un peu dans la même situation que toi, pas de mode de garde, et en plus, chômage partiel pour elle et son conjoint. Dis-toi qu’au moins, comme tu le soulignes, ni ton travail ni celui de ton conjoint ne sont en péril… La jalousie je connais, elle me prend régulièrement quand je surfe sur les réseaux sociaux, alors que nous n’avons personne pour nous aider ici, que j’ai dû accoucher seule alors que nous ne sommes même pas confinés (et en France on présente les femmes qui ont dû accoucher seules comme des héroïnes, alors moi aussi j’en suis une ?). Bref, je peux comprendre ton ressentiment sur plein de choses. Mais ça passe 🙂😘

    Aimé par 1 personne

    1. Oh ben ça alors, j’étais persuadée que tu avais pu vivre ton accouchement avec le papa, justement parce qu’il n’y a pas de confinement en Suède !! Mais évidemment que tu es une héroïne, au même titre que toutes celles qui (re)deviennent mères dans cette période si anxiogène !
      Je sais que vous êtes loin de vos familles, vous aussi, et que vous cumulez avec le fait de n’être pas dans votre pays d’origine, ce qui peut rendre cette situation d’autant plus pesante…. Est-ce que le papa peut travailler depuis la maison pour t’aider au quotidien ? En tout cas, je te souhaite beaucoup de courage, avec tes trois tout-petits !! ❤

      J'aime

  6. Je comprend totalement ta jalousie. Ce matin j’ai eu envie d’étriper notre voisin du dessus qui revenais de la maternelle où il avait déposé ses enfants (profession de justice pour l’un des deux donc enfants prioritaires => va falloir m’expliquer ça aussi).
    Comme toi je suis passée par une phase ou j’enviais la moindre personne un peu mieux lotie que moi et puis au fond comme tu dis ça ne sert à rien.
    Vivement que cette période soit derrière nous!

    Aimé par 1 personne

    1. Ahah ! Je vois que je ne suis pas la seule à avoir des bouffées de jalousie ! 😉
      Oui, comme tu dis, vivement que ce soit fini (mais c’est quand, la fin ??)

      J'aime

  7. Je te comprends! Pour nous les choses se sont fait différemment mais le résultat est le même : on a vu l’Europe se deconfiner alors que chez nous l’école restera finalement fermée jusqu’à la fin de l’année scolaire et que rien n’était encore ouvert (magasins ou autres).

    J'aime

  8. Même si mes enfants ont repris le chemin de l’école, je comprends tout à fait ta tristesse, ta frustration et même ta jalousie … Nos familles sont, à des degré divers, loin et le fait de n’avoir toujours pas pu les voir après l’annulation de nombreux éventements familiaux durant ces trois derniers mois nous rends amer …
    J’en discutais avec une amie dont le job a été mis en suspens par le confinement et clairement, je me sens injustement punie … Les évènements de l’année dernière faisait que CETTE année nous avions un printemps été avec deux grands enfants et pas de bébé, je voulais en profiter pour faire des choses « de grands » avec eux … et non, même si on est déconfiné, ben tout est encore fermé …

    J'aime

    1. Mon mari télétravaille oui, heureusement moi avec 2 petits je n’ai pas repris je suis en congé parental, mon grand aura 3 ans en juillet (je me suis inspirée d’ailleurs de ta liste pour nymphette pr son anniversaire !) Et mon deuxième a bientôt 18 mois… Et les occuper toute la journée sans sortir ce n’est pas de tout repos .. !

      Aimé par 1 personne

  9. Je suis mal placée pour me mettre à ta place n’ayant pas été confinée. Mais mon conjoint a vraiment eu des moments difficiles avec les 3 petits et le télétravail partiel. Le retour à l’école et à la mam a donc été un soulagement pour lui. Même si ça ne s’est pas fait sans inquiétudes et questions
    En tout cas, ne culpabilises pas de ressentir et de dire tes émotions. Elles sont totalement légitimes. La situation est exceptionnelle et tu as le droit d’avoir du mal à l’accepter. En plus, tu as le recul pour voir aussi en quoi vous avez de la chance. Alors plains toi, tu en as le droit comme tout le monde! Bon courage avec toutes ces incertitudes.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s