Au jour le jour, Mum of three

Cher Coronajournal

Cher Coronajournal,
Voilà maintenant une semaine que nous sommes confinés, tous les cinq, à la maison.
J’avoue qu’à l’annonce de la fermeture des écoles, je suis passée sans transition du mode « mère de famille nombreuse en congé parental, épuisée mais qui commence à sortir la tête de l’eau, fière d’avoir réussi à aller chercher son aînée dès la sortie de la classe une fois cette semaine et d’avoir réussi à gérer ses deux plus jeunes toute une journée sans avoir eu envie d’aller en abandonner un en forêt » au mode PLS roulée en boule sous notre canapé.
Du coup, l’annonce d’un confinement incluant le papa des trois mini-fauves a été finalement accueillie avec un soulagement certain. Dimanche soir, munie d’un plan d’attaque planning d’activité détaillé heure par heure pour chacune des filles, j’accepte de sortir de sous le canapé.
wp-15849571520307153803901556150009.jpg

Jour 1

9h : Papa doit faire un saut au boulot pour récupérer ses affaires et gérer le fonctionnement dégradé de son équipe : il m’abandonne lâchement à mon propre sort.
Je ne me laisse pas abattre et sors toutes mes cartes : mathématiques pour l’une, gommettes de princesses qui brillent pour l’autre. Étonnamment, celle qui en redemande n’est pas celle que je croyais : me voilà à devoir expliquer les dizaines et les unités à une Poupette bien concentrée, sur fond sonore de Paco à l’Opéra. Poussinet, lui, est au spectacle.
13h : retour tant espéré de Papa. J’avais eu le temps de sortir le bonus récré au jardin avec sieste en porte-bébé pour mon koala, mais pas réussi à m’alimenter en même temps que le reste de la smala. Je lui refile donc le bébé dès le seuil de la porte, et file boulotter la fin du paquet de Prince.
15h30 : réveil de sieste ronchon de ma Deuzans. L’aprèm s’annonce mal…. Heureusement, Papa sauve l’affaire avec un cours de cuisine improvisé. De mon côté, je réalise que « Les petits poissons » n’est pas la comptine la plus simple à apprendre au piano….
18h : l’une est au bain pendant que l’autre lit des histoires à son frère qui ne comprend que goutte mais adore machouiller le carton du livre. Vite ! J’entrevois un mini-créneau pour aller faire pipi tranquillement et je le laisse pas passer : rien ne m’arrête dans mon sprint jusqu’aux toilettes, et victoire, me voilà allégée ! (Ne jamais oublier de se féliciter des petites victoires de la journée #bienveillancepourmaman)

Jour 2

8h30: Poupette au taquet à l’idée d’enseigner la date à, je cite, sa petite élève, court après Nymphette dans le salon pour essayer de la faire tenir en place. Celle-ci, bien décidée à faire l’école buissonnière, se marre comme un bossu sous le regard ravi de son frère pataugeant dans sa bave.
La visioconf de papa me paraît bien engagée.
14h : encore à jeun, j’essaie de m’enfiler la fin du paquet de chips discrètement quand je suis prise en flag par Poupette « Maman, pourquoi nos ongles poussent ? » Je profite de cette excuse éducative toute trouvée pour sortir le jocker Netflix « Il était une fois la vie »
16h : Finalement, on va dire que c’est encore la récré, hein….
17h : l’activité que j’ai passé la soirée à préparer pour Nymphette a bien dû l’occuper au moins 1min12s. J’abandonne, elle finit au bain.
20h : alors qu’on parvient enfin à coucher les gremlins qui nous servent d’enfants, on entend les voisins faire un boucan pas possible dehors…. Ah mais oui, c’est vrai, c’est pour remercier les soignants ! Super initiative, mais bad timing.

Jour 3

9h : aujourd’hui, c’est mercredi : youpi !! Mais Poupette ne l’entend pas de cette oreille et continue à vouloir faire la classe à sa sœur : ce matin, c’est cours de dessin.
14h : fin de sieste bien trop précoce qui se termine en séance de ciné….
16h : tous au jardin pour le parcours de motricité. Poupette continue à jouer les élèves studieuses pendant que Nymphette fait le pitre : je lâche l’affaire et file terminer le paquet de bonbons. Poussinet découvre Léo le p’tit hélico et Gaston super Béton (#cellesquisaventsavent).
18h : petit escargot au piano pour l’une tandis que l’autre continue son éducation culinaire avec papa. Bébé Koala est accroché à son ventre, comme il se doit.

Jour 4

9h30 : toujours pas de nouvelles de la maîtresse, on sort la carte « adresse mail personnalisée », qui permet de travailler la lecture, l’écriture et la motricité fine en toute autonomie. Quelle excellente découverte ! Pendant que Poupette cherche les lettres de son prénom sur le clavier, j’ai le temps de changer une couche, lire trois Popis, rhabiller deux poupées et sortir (et ranger) la pâte à modeler !
11h : on profite du beau temps pour aller jouer dans le jardin, mais c’était sans compter sur l’interro de maths surprise de Babouchka au téléphone !
13h : pique-nique dans le jardin, en culotte. No comment.
16h : Poussinet ayant fait fuir ses sœurs à force de tirer sur la moindre mèche de cheveux à sa portée, il se rattrape sur la pauvre Adèle, poupée chevelue de son état.
19h : soirée mimes pendant le repas : gros qui proquo avec Poupette qui a confondu empoisonnement léthal par ingestion de liquide et expectoration naturelle après avoir bu une menthe à l’eau….

Jour 5

10h : j’émerge douloureusement d’une nuit compliquée avec couche pleine et pipette de doliprane à 3h du matin, suivies d’une lecture assidue de mes mails du boulot jusqu’à 5h…. Les filles ont été remisées sur la terrasse, livrée en pâture à leur créativité débordante. J’essaie de limiter les dégâts, puis me ravise et file discrètement profiter de mon petit déjeuner au calme en entendant Mister F. galérer avec un Poussinet récalcitrant en porte-bébé pendant sa confcall avec toute sa hiérarchie….
15h : on a perdu tout contrôle, quand je me souviens soudainement du défi musical proposé par le groupe de la crèche parentale, actif sur Whatsapp. Mission chorale avec mes trois enfants de choeur : Henri Dès est dans la place !
17h : on est encore en récré, la sonnerie doit être en panne….

Jour 6

Jocker…. Ce fut un jour sans !

Jour 7

9h : pancakes au p’tit déj et session déguisement en folie. La journée semble mieux partie.
13h30 : sieste simultanée des deux relous de la semaine. Les parents kiffent. Ah non, c’était une blague, réveils en quinconce jusqu’à 15h30.
17h : session jeux de société sous amphèts, au son strident de Poussinet qui fait ses dents. Mais ça passe, on n’est plus à ça près.
18h : yoga pour les unes et tétée acrobatique pour les autres, chacun son sport et merci Youtube !
22h : bon ben demain, c’est reparti pour un tour, hein ?

wp-15848885471801947447992983008433.png
Et chez vous, ça se passe comment le confinement ?

12 réflexions au sujet de “Cher Coronajournal”

  1. Aïe ! C’était bien sportif pour toi cette semaine.
    J’avoue être passée directement à ton jour 5, sans la nuit pourrie. Pas de programme ni de planning à la maison. On fait fonction des envies et de l’humeur de chacun. Avec quand même un peu d’exercices pour ma grande le matin, mais un peu et parce que c’est à sa demande.
    Sur la pause midi de mon mari, il emmène les 2 filles au jardin pour une activité classe verte, il fait de même le soir après sa journée.
    Je crois que l’on fait tous comme on peut.
    Bises Louna, plus que … non je ne compterai pas, trop dur, surtout quand ta fille te demande c’est quand l’école.

    Aimé par 1 personne

    1. Clairement, le fait d’avoir un programme détaillé me rassure (cf mon article d’aujourd’hui 😉 ), mais j’avais prévu beaucoup trop. En cette deuxième semaine, j’ai commencé à pratiquer le lâcher prise bien plus facilement, et avec la reprise qui m’attend, heureusement ! 😉
      Je trouve que c’est génial que ton mari propose des petits activités classe verte : ici aussi c’est plutôt Mister F. qui les occupe au jardin !

      J'aime

  2. Semaine 2… Mère hystero ayant perdu son accès a distance avec le boulot.
    Troizans en pleurs parce que les activités de maman elles sont trop beuuurk et que Dominique (la maicresse) elle fait pas ça comme ça.
    18 mois en roue libre a poil sur la table basse du salon…

    Demain ça ira mieux…

    Aimé par 1 personne

  3. Une semaine bien sportive! J’espère que la situation sera plus douce dans les jours à venir. C’est une période terriblement dure à supporter. J’avoue que je suis à la fois heureuse de ce confinement tous ensemble et en même temps le climat est tel que cela est très anxiogène. Je pleure tous les soirs, d’épuisement mental à force de me faire des nœuds au cerveau. Je suis sûre qu’on sera vite au bout mais…. Quelle épreuve collective (et je ne me plains pas, par rapport au travail incroyable des gens de terrain : soignants, mais aussi acteurs de la grande distribution, pharmaciens, facteurs, ou encore éboueurs : MERCI à tous).
    Encore quelques semaines et puis… On retrouvera une vie plus normale même si je doute qu’un jour nous retrouvions une vie vraiment comme avant. ❤ plein de coeurs sur toi! Tu gères.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, ce climat est très étrange : à la fois ralenti, sans stress des horaires, tous ensemble à la maison tout le temps, mais extrêmement anxiogène dès qu’on pense à tous les combats qui se jouent au-dehors…. Moi aussi j’ai passé pas mal de temps à pleurer, j’essaie de me protéger de tout ce stress pour mieux protéger les miens, et comme toi, je pense à la suite, à l’espérant la plus douce possible.
      Couve bien, ma belle ❤

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s