Avec bébé, Je me questionne, Mum of three

C’est pas son rôle

wp-15815165673704702066026676554633.jpgLa semaine dernière, je me suis enfin décidée à parler à ma pédiatre des difficultés de sommeil que je rencontre avec Poussinet. On peut dire que je n’ai pas été déçue….


Pour vous faire un tableau honnête de la situation, en bon Bébé Koala, cet enfant ne dort que lorsqu’il est accompagné. En journée, ça se traduit par des endormissements dans mes bras avant d’être posé dans son lit, mais l’inconvénient de cette option c’est qu’au premier changement de cycle de sommeil, Poussinet se réveille et pleure (la durée moyenne de ses siestes étant donc de 30 minutes) ; ou des siestes en porte-bébé et, plus rarement, en poussette, qui lui permettent de plus grandes phases de sommeil puisque le bercement à la fin d’un cycle le rassure suffisamment pour qu’il enchaîne sans se réveiller totalement. La nuit, passée la première partie de soirée où, on ne sait pas pourquoi, il parvient à dormir trois à quatre heures dans son petit lit, c’est très difficile de le recoucher après sa première tétée et il finit bien souvent la nuit avec moi, en cododo. Comme vous pouvez l’imaginer, depuis 5 mois que dure ce petit manège, je suis donc épuisée….

La situation avait commencé à s’améliorer vers Noël, avec des siestes un peu plus longues dans son lit et moins de réveils nocturnes, mais la valse des virus est passée par là, et on a vu les quelques progrès disparaître.

wp-15815167071737821142114437838079.jpg

D’où ma folle idée d’en parler à la pédiatre : mais où avais-je la tête ? J’aurais dû me douter que je ne serais pas bien accueillie : les pédiatres et moi, ça fait deux.

J’ai commencé en douceur, en ne parlant que du sommeil en journée, mentionnant que depuis plus d’un mois que Poussinet se traîne ces maudits virus (bronchiolite, rhino, otite, à nouveau bronchiolite, rebelote pour la rhino, etc….), il a beaucoup de mal à faire des siestes. La pédiatre me répond, à juste titre, qu’il n’y a pas grand chose à faire contre les virus, que l’on peut apaiser les symptômes et qu’il faut continuer à bien le moucher, mais que ça reste bénin et que c’est normal qu’il rencontre tous ces bobos de l’hiver, que c’est comme ça qu’il va se faire son système immunitaire. Jusque là, je suis tout à fait d’accord avec son discours, mais je lui glisse quand même que je suis vraiment à bout de forces, que je n’en peux plus, physiquement, et que je ne sais pas quoi faire pour sortir de cette situation, continuer à apaiser mon bébé mais également avoir une perspective d’amélioration à moyen terme. Je crois que j’avais vraiment besoin d’être écoutée, d’être légitimée dans ma fatigue. J’imaginais qu’elle me parlerait d’un traitement de fond, ou au moins qu’elle serait compréhensive. Or, elle m’a répondu cette phrase mythique :

Ah mais forcément, si vous le faites dormir contre vous en porte-bébé pendant la journée, on est sur un cercle vicieux, et il continue à vous réclamer !

A partir de ce moment-là, plus moyen de me faire entendre : elle s’est engouffrée dans la brèche et n’a plus démordu du fait que les problèmes de sommeil de mon bébé venait de mes réponses en mode survie. Heureusement que je n’ai pas mentionné le cododo !

Je n’ai pas insisté, je suis déjà passée par là, et ça ne m’a pas fait de bien, ni à moi ni à mes bébés.

wp-15815167273175307453569712343063.jpg

Le soir, alors que je rapportais cette conversation à Mister F., passablement agacée, et que je rageais de nous voir sans solution, avec la perspective de longues semaines de galère encore devant nous, il m’a répondu :

Mais tu sais, c’est pas son rôle.

Ça m’a fait tout drôle, sur le moment. Et puis la soirée s’est enchaînée, et on n’a pas eu l’opportunité de discuter plus longuement de ça – tunnel du soir, trois enfants de moins de 6 ans à nourrir/laver/coucher, toussa toussa.

Le lendemain, en ressassant cette réponse entre deux siestes ratées, j’ai réalisé qu’il n’avait pas tort. Son job, à la pédiatre, c’est de s’assurer de la santé de mes enfants. Certes, Poussinet enchaîne les virus, mais sa santé n’est pas en danger. Quant à ses difficultés à dormir, elles ne relèvent pas du domaine médical.

Bon, ok, mais alors, c’est le job de qui ?

D’une psy, qui va m’empêcher de devenir folle en accumulant la fatigue et les remises en question ? Si seulement le budget d’une thérapie n’était pas si élevé….

De la PMI, qui est censée entourer et conseiller les jeunes parents ? Les puéricultrices que j’y ai rencontré avaient des idées bien arrêtées sur ce qu’il faut et ne faut pas faire….

D’une sage-femme, si l’on considère que son rôle d’accompagnement des futures et jeunes mamans continue au-delà de la mise en place de l’allaitement et de la rééducation du périnée ? Même si j’ai fini par trouver de bonnes praticiennes, ce suivi ne dure qu’un temps.

Des éducatrices de la crèche, qui ont pour elles l’expérience et la formation ? Comme celles de la PMI, les professionnelles de la petite enfance que j’ai côtoyé étaient assez rigides, souvent dans la culpabilisation….

De la famille, pour soulager, relayer et aider dans les moments plus compliqués ? On a la chance d’être très bien entourés, mais nos familles sont loin, et ce n’est pas possible de les solliciter toutes les semaines, ou même tous les mois.

Des amis, des autres jeunes parents de notre entourage, qui vivent les mêmes galères et nous comprennent si bien ? Mais justement, on est tous bien pris dans notre course quotidienne.

Ce n’est pas la première fois que je vis cet isolement de la jeune maman, qui m’avait fait tant de mal, il y a 5 ans. J’ai essayé de bien m’entourer, cette fois encore : sage-femme pour le suivi de l’allaitement, rendez-vous réguliers à la PMI pour discuter avec des puéricultrices et d’autres jeunes mamans. Mais au final, je me retrouve à nouveau en souffrance, à cumuler angoisse et culpabilité à la fatigue de 5 mois de nuits hachées.

Parce que oui, c’est dur de s’occuper d’un tout-petit, surtout quand il n’est pas du genre bébé modèle et qu’il a un fort besoin de réassurance !

Alors je rame, j’essaie de tenir sur la durée, je me force à sortir me balader, je retrouve les copines mamans pour un café le matin et on échange sur nos galères. Et au fur et à mesure que les mois passent et que mon déficit de sommeil grandit, je mesure ma chance d’être si bien entourée par nos familles et nos amis.

Par contre, côté médical, je me sens tout aussi démunie au troisième enfant que pour les deux premières : j’aimerais bien rencontrer enfin quelqu’un qui prenne le temps de m’écouter, qui me rassure et me donne la force de continuer à porter à bout de bras toute ma petite tribu, malgré la fatigue de cette première année si intense de la vie de Poussinet.

Je sais bien que ma pédiatre ne va pas me donner de recette miracle pour faire dormir mon Bébé Koala, mais si au moins elle était à l’écoute de ce pan-là de la vie de mon bébé, ça me ferait beaucoup de bien, je me sentirais enfin légitimée dans ma fatigue de jeune maman.

L’autre jour, Docteur Mamangue, pédiatre et maman de trois enfants, nous demandait si on avait trouvé un bon pédiatre pour le suivi de nos enfants : j’ai pu voir dans les commentaires que j’étais loin d’être la seule à avoir du mal à trouver un médecin à l’écoute de mes maux de jeune maman.

wp-15815165085644015075943846614350.png


Et vous, vous êtes bien entourées ? Vous avez trouvé le WonderPédiatre du coin ? Ou votre famille est à portée de main pour vous soulager régulièrement ?

48 réflexions au sujet de “C’est pas son rôle”

  1. Courage ! le manque de sommeil c’est vraiment difficile. Ici à 7mois c’est toujours compliqué et la reprise du boulot depuis 2 semaines n’arrangent rien mais pour le moment j’arrive à relativiser.
    Si tu as envie qu’on se voit un de ces jours n’hésites pas 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, ça fait du bien de pouvoir avoir du relais régulièrement, c’est ce qui nous manque au quotidien.
      Et oui, je suis partante pour le thé : je te fais signe la prochaine fois qu’on vient à Grenoble ? 😘

      J'aime

  2. Je comprends ta détresse, Bébinette, si elle a toujours bien dormi la nuit est une toute petite dormeuse le jour. Comme ton poussinet, les premiers mois elle dormait rarement plus de 30min d’affilée et seulement 1 à 2 fois par jour (les 3 premiers mois, elle s’endormait souvent au sein après une tétée mais se réveillait dès que je la posais dans son lit). J’avais donc pris la même habitude que toi : une longue balade quasiment tous les après midi où elle pouvait ainsi dormir plus de 2h d’affilée. Elle a petit à petit commencé à faire de vraies siestes de 1 à 2h autour de ses 6mois mais aujourd’hui encore, elle dort moins en journée que sa soeur ! Coté médical, pas de pédiatre pour nous, c’est notre médecin généraliste qui suit les filles. Et il est particulièrement à l’écoute du ressenti des parents (j’ai toujours une petite question sur comment je me sens moi quand je consulte pour les filles) donc nous n’avons pas eu envie de chercher un autre praticien et pour les 6 1ers mois, quand j’ai une question non médicale c’est vers ma sage femme que je me tourne (voire même après vu qu’elle assure aussi mon suivi gynéco hors grossesse).
    Et si tu passes dans le région grenobloise, je serais ravie de prendre un café avec toi et de papoter ! Courage ! ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Je pense que ça fait toute la différence : ici on cumule avec des difficultés de jour ET de nuit. Vraiment, je m’étais armée pour pouvoir endurer les nuits et d’ailleurs je ne les vis pas si mal que ça. Mais le fait de n’avoir jamais de moments de calme en journée, c’est vraiment ce qu’il y a de plus difficile. D’autant plus que la sieste en poussette ne marche que rarement, et que le porte-bébé tous les jours plusieurs heures par jour, ça m’use physiquement…. 😔
      Je ne me souvenais plus que tu étais dans la région grenobloise : ça me ferait très plaisir de te voir !

      Aimé par 1 personne

      1. Clairement cumuler les deux je n’ose même pas imaginer la fatigue ! J’espère qu’il va trouver un rythme un peu plus serein d’ici peu. Pour Bébinette les choses ont commencé à s’améliorer quand elle a trouvé son pouce vers 3 mois pour arriver à de vraies siestes de plus d’1h autour de 6 mois. Mais déjà le pouce m’a permis de la poser sans qu’elle se réveille immédiatement en pleurs. Bon par contre malheureusement il n’y a pas de recette miracle « prise du pouce » 😁

        Aimé par 1 personne

  3. Oh ma pauvre, oui, si tu as des amis et de la famille pas trop jugeante, épanche-toi auprès d’eux ! Si j’habitais dans le coin je viendrais te voir avec plaisir tu sais 🙂 Nous sommes très isolés, on a une infirmière pour enfants qui est bien, et plutôt à l’écoute, mais en général on se débrouille comme on peut…

    Aimé par 1 personne

  4. Comme dit plus haut j’ai juste envie de te dire … Viens prendre un café. Je bercerai poussinet et tu fera la sieste dans le canapé 😉

    Plus sérieusement je ne comprend que trop bien cette impuissance de la jeune maman qui est épuisée et n’arrive plus à rien. Notre Koala à nous a 16 mois et c’est encore parfois compliqué pour lui (poke les maxi siestes chez nounou la semaine mais QUE sur maman ou papa le week-end).
    C’est dur de ne RIEN pouvoir faire d’autre en journée que de bercer et rassurer son petit. C’est tellement épuisant de ne JAMAIS dormir la nuit.
    Tu es une maman merveilleuse pour chacun de tes trois enfants (on ne viendrai pas lire ton blog sinon) tiens bon !

    Aimé par 1 personne

  5. Je ne sais pas si ça peut t’aider mais je suis le compte instagram de « Fée de beaux rêves » (+ blog). Les retours sont assez positifs… mais jamais essayé moi même. Courage! Comme pour tout, c’est une phase et ça passera.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, tu as raison, je sais que c’est une phase qui passera, mais en attendant c’est dur…. 😔
      Quant aux coachs sommeil ou accompagnants en parentalité, je m’en méfie…. C’est justement en réaction au manque de soutien du corps médical que ce genre de « professions » se mettent à fleurir de partout, mais est-ce vraiment nécessaire ?

      J'aime

  6. Perso, c’est pour ça que je préfère l’accompagnement global par un médecin traitant – quand les enfants n’ont pas besoin d’un suivi spécifique par un pédiatre- parce que lui, c’est son rôle de s’assurer que tout le monde va bien, y compris la mère.
    Sinon, pour la naissance de PetitPrince, j’avais pris quelques heures de ménage avec l’ADMR et la caf (et elles peuvent aussi nous aider avec les aînés) même si je me sentais un peu illégitime donc je n’ai pas poussé jusqu’au 6 mois du bébé, mais je pense que je serais beaucoup moins timorée pour le prochain (enfin, j’espère, syndrome de l’imposteur, tout ça, tout ça)

    Aimé par 1 personne

    1. Encore faut-il que le médecin traitant puisse être à l’écoute. La nôtre n’est vraiment pas à l’aise avec les enfants en bas âge, les pleurs la crispent. C’est dommage parce qu’elle est justement assez à l’écoute je trouve !
      Quant aux aides de la CAF, je n’en ressens pas trop le besoin : j’arrive à m’en sortir en journée, et les grandes sont, je dois l’avouer, assez faciles en ce moment : heureusement !

      Aimé par 1 personne

  7. Je me retrouve totalement dans ce que tu décris. Ton Poussinet, c’est ma grande il y a quatre ans. Le même rythme la nuit, le même rythme de sieste dans la journée.
    Moi aussi j’en avais parlé à la pédiatre qui s’occupait de ma fille et cela n’avait pas résolu le problème, loin de là. Son problème de sommeil était purement psychologique selon elle.
    Bref, avec mon mari nous avons tatonné, nous étions épuisée, je me sentais seule et épuisée, car pas vraiment de soutien et de compréhension sur ce sujet autour de moi.
    Alors on a fait comme on a pu. J’ai continué le portage, le bercement dans la poussette (oui même pour la nuit, je bénis ma poussette pour cela), les promenades à rallonge au parc pour facilité l’endormissement…
    Et puis, petit à petit, à force de discussion avec ma grande (pas si grande), de calins, de rassurer et d’être toujours présente, elle a commencé à allonger ses siestes (au moment de la marche), on a commencé à avoir des nuits plus sereines (même si les vraies nuit complètes nous les avons eu que quand elle a eu 3 ans).
    Bref plein de courage ! En attendant, évacue ce trop plein en parlant autour de toi, ici sur le blog.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est bête, mais ça me fait du bien de savoir que d’autres sont passés par là et comprennent ce qu’on vit depuis 5 mois. Merci de me confier tout ça !
      Quant au soutien de la pédiatre, je vois que pour vous aussi, il ne fallait pas compter dessus 😔
      Et oui, tu as raison, ce blog me permet de m’épancher et ça fait beaucoup de bien

      J'aime

  8. Ce doit être bien difficile. La fatigue, il n’y a rien de pire pour moi ! Je crois qu’effectivement il n’y a guère qu’auprès des jeunes parents qu’on peut réellement trouver du soutien et surtout de la compréhension. Même nos parents ne comprennent pas, ils ont oublié ! Je vous souhaite bon courage.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, on oublie vite, en effet, c’est pour ça que c’est si précieux d’avoir des amis qui vivent les mêmes choses en même temps.
      Et pour moi aussi, la fatigue c’est ce qu’il y a de pire….
      Merci pour tes mots 😘

      J'aime

  9. Je ne peux que te dire courage !
    Le rythme de ton Poussinet ressemble à celui de ma grande, les mêmes siestes, le même rythme de nuit. Ton récit me fait revivre ce que j’ai vécu il y a quatre ans. J’en avais aussi parlé à la pédiatre qui suivit ma fille, mais je n’ai été écoutée.
    A lors avec mon mari on a fait comme on a pu. J’ai continué le portage, les longues promenades… A force de réassurance, de calins et de paroles petit à petit il y a eu un peu de changement. Elle a rallongé ses siestes (au moment de la marche), les nuits se sont apaisées (mais nuits complètes à 3ans).
    Je te souhaite bon courage, ça passera c’est sur, en attendant c’est dur. Et puis avec l’accumulation de fatigue c’est très vite compliqué. N’hésite pas à parler autour de toi, vide ce trop plein auprès de gens qui te soutiennent et te comprennent.

    Aimé par 1 personne

  10. Même si j’ai rencontré des problèmes de sommeil avec ma 2ème, ce n’était pas la même chose et c’était concentré la nuit. Mais je sais combien on peut se sentir démunie quand on n’entrevoit aucune solution…surtout quand il n’y en a pas forcément en dehors de nos bouts de chou eux mêmes. Mon pédiatre était détestable, jamais une réponse, de la condescendance et de la culpabilisation, et par contre toujours ok pour prendre raoidement son chèque en honoraires libres…du coup pour ma 3ème j’ai opté pour un médecin généraliste, au moins je n’ai pas d’illusions et au final elle sera sans doute bien plus impliquée! J’espère que ça ira vite mieux ; d’ici là même loin nous on t’écoute et te comprends alors n’hésites pas!

    Aimé par 1 personne

    1. C’est sûr qu’un bon généraliste peut être tout aussi bien ! Quant à cette condescendance et cette culpabilisation des mamans que tu mentionnes, c’est terrible, je trouve…. Et malheureusement pas si rare 😔

      J'aime

  11. Oh dur ! Bon courage pour la fatigue…
    Cependant, je ne suis que moyennement d’accord. Je pense que les pédiatres devraient être plus « psychologue ». Une maman à bout de force, qui a besoin d’être entendue, rassurée c’est important pour la maman ET pour l’enfant. Je pense que ça devrait être leur rôle justement de les rassurer ou de les orienter si besoin… et sans jugement !
    Plein de soutien 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Dans l’idéal, je suis d’accord avec toi, mais dans les faits, je réalise que je suis loin d’être la seule dans cette situation…. Du coup, je ne sais pas si cela vient seulement des personnes ou de la formation des pédiatres qui n’est pas/plus à la hauteur, ou encore de leur charge de travail…. Mais pour en être à mon 4ème pédiatre depuis 5 ans, je n’ai encore jamais eu le soutien dont j’avais besoin 😔

      J'aime

  12. Je suis animatrice dans une asso de soutien à l’allaitement maternel et une de nos réunions a pour thème « allaitement et sommeil’. Cette réunion a parfois eu tellement de succès que des mamans de bébés non allaités y venaient!
    Les mamans ressortent souvent ressourcées de ces réunions (ouf je ne suis pas la seule dans cette galère !), avec parfois des trucs et astuces des autres mamans. Mais surtout elles ont été écoutées dans leur fatigue, détresse parfois.. notre rôle c’est aussi de les rassurer. Le sommeil est immature pendant de long mois pour certains bébés et c’est normal. Il faut donc durant ce temps trouver le relais quand on a bout et des astuces pour récupérer à minima… Peut être a tu des associations similaires vers chez toi?
    Après je suis tt à fait d’accord. Que les pédiatre restent dans leur rôle, parler de sommeil en terme si peu bienveillant ne sert strictement à rien! J’ai même eu des retours de mamans a qui leur pédiatre prescrit carrément un sirop pour faire dormir le bébé !! Au secours !

    Aimé par 1 personne

  13. Alors, moi au contraire je pense que si, ce serait le rôle du pédiatre de traiter ces problématiques. Mais visiblement tous ne la comprennent pas. Je ne leur jette pas la pierre, car il n’y a pas de recette pour faire dormir les enfants…J’ai connu un pédiatre qui se préoccupait vraiment de la question et qui avait pour fierté de dire que tous ses « patients » dormaient (la nuit).
    Après c’est comme tout, parfois on tâtonne et on peut dénicher la perle qui nous comprendra…Par contre au secours son commentaire genre « c’est parce que vous lui donnez de mauvaises habitudes »….ça me fait grincer des dents…
    J’ai cru lire qu’il y avait de bons ouvrages sur le sujet, si cela peut t’intéresser. Et sinon je t’aurais conseillé ces fameuses « Consultantes en sommeil » ou en parentalité, mais tu n’as pas l’air de les porter dans ton coeur 😀 — là où je suis il y en a une qui est très reconnue, et qui « fait dormir les bébés » (et même les enfants d’ailleurs). En 1 an son nom circule partout et elle est débordée, car « enfin les enfants dorment » après l’avoir consultée ! Mais j’imagine que c’est comme tout…il y a aussi des charlatans, des gens moins compétents…
    Enfin je compatis, car mini-miss a eu (hum…enfin a tout court) le sommeil très compliqué. Certains diront que c’est le cododo, d’autres l’allaitement, d’autres…toujours est-il que je comprends bien ce que tu dis. Les siestes de 5 minutes, 30 maxi, elle connaît bien. Encore maintenant elle peut nous claquer une super méga sieste de 45 minutes youhouh ! Bref, pas sûre d’avoir des solutions concrètes, car tout ça reste très individuel, mais il y a des ressources.
    Et surtout…tu n’es pas seule !! Je crois même qu’il y a un groupe FB pour les nuits sans sommeil !
    PS : par contre en théorie du sommeil, c’est bien l’inverse : mieux on dort (par ex au chaud contre son parent), mieux on dort (la nuit) ! Il ne faut pas « fatiguer » l’enfant ou avoir peur qu’il dorme « trop bien » la journée, c’est même le contraire ! Plus en enfant sera porté par exemple, ou rassuré, mieux il dormira la nuit ! Le mécanisme du sommeil met du temps à s’acquérir, chez certains ce n’est pas avant 18 mois, voire 3 ans que cela se régule (gloups).
    Courage à vous, quand on est dedans, c’est extrêmement long, douloureux et fatiguant !

    Aimé par 1 personne

    1. Oh merci pour ton long commentaire si riche !
      En effet, c’est génial quand on tombe sur une perle rare comme celle que tu décris, mais j’en suis à mon 4ème pédiatre depuis 5 ans et je désespère d’avoir ça près de chez moi ! 🤦‍♀️
      En ce qui concerne les consultantes en sommeil, oui, j’ai tendance à y être réfractaire : déjà je trouve ça fou que ce métier existe, pour moi c’est déjà symptomatique d’un accompagnement bancal du jeune parent dans notre société ; ensuite, ça peut vite coûter très cher pour un résultat qui n’est pas garanti, donc ça me dérange vraiment. Cela étant dit, si j’entendais parler de quelqu’un avec une si bonne réputation que celle que tu décris près de chez moi, peut-être que je me pencherais sur la question….
      J’ai demandé commencéla lecture du livre « un sommeil sans larmes », on verra si je trouve des explications ou des éléments de compréhension.
      Quant au groupe FB, je m’y pencherai si je désespère trop : merci ! 😘
      Bon et du coup bon courage à toi aussi avec mini Miss 💪🏻

      Aimé par 1 personne

      1. Oui je suis d’accord avec toi, les tarifs sont prohibitifs. Après si on est « sûr » du résultat et que ça coûte moins de 150€ à mon sens ca va. Mais je sais que certains se gavent un peu. Mais oui tu as raison c’est un accompagnement qui naît car il n’y a pas (ou bien pas systématiquement ) de réponse proposée « classiquement ».
        Le livre de Mary Pantley est vraiment bien aussi pour les bébés allaités.

        Aimé par 1 personne

  14. Ca me rappelle le sommeil de ma grande. Je voyais les livres qui disait qu’un bébé dormait 16h par jour au moins et mois je comprenais pas comment elle faisait pour rester éveiller autant…
    Pour les siestes, clairement je n’ai jamais réussi à la faire dormir à part en écharpe par 20 minutes. Mais elle n’était pas fatiguée en fin de journée. Par contre chez la nourrice aucun soucis…
    Pour la nuit, les 2 premiers mois ont été un enfer : le fameux bouton dans le dos qui fait qu’elle se réveille dès qu’on la pose. Au bout de 2 mois j’ai décidé de lui apprendre à s’endormir seule dans son lit. En restant à côté d’elle, lui chantant des chansons, la carressant. Tout ce que je pouvais faire pour l’accompagner dans le sommeil sans la laisser pleurer toute seule. Quand elle était calme je m’en allait, si elle se mettait à pleurait je revenais vite. Et elle a réussi en 1 ou 2 semaines à s’endormir toute seule la nuit. Et là ça a tout changé, on pouvait vraiment se reposer entre ses réveils nocturnes.
    J’ai lu le livre « un sommeil paisible et sans pleurs » d’Elizabeth Pantley et même si je n’ai pas tout appliqué c’était intéressant à lire.

    Bon courage, ça fini par passer

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton retour d’expérience : j’avais commencé à réussir les endormissements dans son lit, mais les virus sont passés par là et on a recommencé à devoir sortir les grands moyens…. 😔
      Merci pour la référence de lecture : je vais essayer de me le procurer !

      J'aime

  15. On devrait toutes être plus proches géographiquement pour s’entraider 😉
    J’espère que les choses s’amélioreront vite et que vous pourrez retrouver un sommeil serein. Pour moi, c’est vraiment une des choses les plus difficiles à gérer dans le rôle de parents les premiers mois: la fatigue incroyable! On a eu de la chance avec Tess mais on a un peu peur du revers de la médaille pour bébé 2… L’avenir nous le dira!
    Mais je suis quand même stupéfaite de ta pédiatre… La mienne me pose systématiquement la question du sommeil depuis 4 ans… Donc si, je pense que c’est de son rôle de s’assurer que l’enfant est assez reposé, rassuré et nous aider à chercher des solutions pour améliorer les choses si nécessaire… Mais bon ce n’est que mon point de vue.

    Aimé par 2 personnes

    1. Oui, pour les pédiatres, on va dire que je n’ai jamais eu beaucoup de chance….
      Quant à Bébé 2, vous verrez ! Ici on a eu une Nymphette très facile côté sommeil, après une Poupette plus compliquée et un Poussinet franchement galère 😅

      J'aime

  16. Coucou, j’ignore si mon commentaire pourra t’aider et tu en feras ce que te veux naturellement mais peut-être pourrais-tu envisager la kinésiologie ? Ma fille de 4 ans a toujours été réfractaire au dodo et luttait pour ne se pas s’endormir. Dès la première séance avec la kinésiologue, il y a eu un net progrès. Je ne veux pas te vendre du rêve mais ça ne te coûte rien d’essayer (enfin si, 45 euros la séance…).
    Courage à toi et prends soin de toi car je sais combien le sommeil est crucial pour chaque parent.

    Aimé par 1 personne

  17. Coucou Louna,
    En tant que maman d’un bébé du même âge, je te comprends parfaitement puisque depuis début janvier j’ai le même modèle. Les réveils dès que je le pose, les siestes de max 30 min dans son lit, un peu mieux en écharpe ou sur maman, le bon début de soirée puis les nuits avec un bébé collé contre moi. A la MAM, il s’endort avec une tétine mais qu’il continue à refuser à la maison. Même son papa commence à avoir des difficultés à l’endormir. Ajouté à ça la reprise du travail, la fatigue se fait beaucoup plus ressentir cette semaine. Mais je m’accroche en me disant que ce besoin va doucement diminuer. Croisage de doigts! Et plein de courage pour toi et toutes les mamans qui vivent cette situation.

    En tant que pédiatre maintenant, tu me fais évidemment me remettre en question sur la façon dont j’accompagne les parents. Je pose systématiquement la question du sommeil. J’essaie le plus possible de dégager des pistes avec eux quand ils évoquent une difficulté. Mais en même temps, je me dis que je dois parfois banaliser les choses et que certains parents repartent sûrement frustrés. Le temps me manque souvent aussi pour en faire un sujet à part entière, au milieu de tout le reste. Et je n’ose pas encore proposer de revenir juste pour « ça ». Peut être que je devrais.
    En tout cas, je rejoins certains autres commentaires, pour moi, c’est le rôle du pédiatre que de prévenir et dépister la dépression du Post partum et donc d’interroger les mamans sur comment elles vont et comment elles vivent le quotidien avec leur bébé.

    Aimé par 1 personne

    1. Oh ben tu vois, moi qui n’arrête pas de culpabiliser en craignant donner de mauvaises habitudes à mon bébé depuis quelques semaines, de voir que nos quotidiens et surtout nos réponses aux besoins de nos bébés sont si similaires, ça me rassure énormément (et donc la remarque de ma pédiatre m’a autant culpabiliser et fait du mal….).

      Et sinon concernant tes questionnements en tant que pédiatre, rien que ce que tu décris prouve que tu es déjà très attentive à ce point : bravo ! Je siis certaine que les parents de tes petits patients apprécient. Et moi, si on me proposait une consultation juste pour discuter du sommeil, je sauterais sur l’occasion !!

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s