En voyage avec ma soeur

DSC_0560

Ma soeur, c’est une aventurière. Elle voyage, elle vit, elle découvre, elle profite.

Depuis presque neuf mois qu’elle est partie, nous n’avons pas eu l’occasion de nous revoir. Alors quand elle a su que j’allais au pays des kangourous pour quelques jours, elle a sauté dans le premier vol low cost (backpackers way of travel oblige) pour rejoindre à Sydney et partir sur la trace des koalas et autres marsupiaux à mes côtés.

Se retrouver

Lila est arrivée à Sydney alors que j’étais encore au milieu de ma semaine de conférence. Plus exactement, elle est arrivée la veille de mon speech, c’est-à-dire au moment où mon stress pro a connu son plus grand pic ! Bref, tout ça pour dire que nos retrouvailles, que j’imaginais follement émouvantes, pleines de câlins et de larmes, ont été quelque peu avortées dans l’oeuf, noyées sous le poids de mon stress (je vous ai déjà dit que j’étais de nature plutôt anxieuse…?).

Ce soir-là, nous avons dîné ensemble, et je me suis laissée bercer par ses milliers d’anecdotes toutes plus farfelues les unes que les autres. Je riais, je souriais à m’en faire des crampes au zygomatique, je m’étouffais avec mon empanadas (oui, le resto de mon hôtel était spécialisé dans la bouffe Sud Américaine. A Sydney. Normal). Bref, grâce à ma soeur qui a brillamment réussi à me changer les idées, j’ai passé une excellente soirée !

Et dès le lendemain, débarrassée de mon échéance professionnelle, j’ai pu enfin profiter convenablement de la présence de ma petite soeur chérie. On a passé une super soirée cocooning dans ma confortable chambre d’hôtel, à se refaire une beauté, entre long bain chaud et masque hydratant, à mater des séries débiles et à prévoir la suite de notre périple.

IMG_20160707_225822

Les têtes de robots, c’est cadeau !

Je me suis endormie heureuse d’être avec ma soeur et excitée par cette belle aventure à écrire à deux !

Se  redécouvrir

Ah la la, les relations dans les fratries, c’est pas toujours facile… Et notre histoire à nous deux, elle a connu des hauts et des bas. Pour être tout à fait honnête, nous n’avons jamais connu de ruptures ou de disputes monumentales. Mais par contre, pendant plusieurs années, nous avons vécu dans une cordiale indifférence, trop concentrées que nous étions sur nos propres besoins et problèmes personnels d’adolescentes compliquées.
Et récemment, au moment de ma grossesse et de l’arrivée de Lila à Paris, notre relation a commencé à prendre un nouveau tournant. Nous avons appris à nous connaître adultes.

Au moment de nos retrouvailles à Sydney, ça faisait un bon bout de temps qu’on s’était pas vues. Presque 9 mois. Et on en fait, de belles choses, en 9 mois !
Exemple au hasard et complètement fortuit : un petit bébé ! Mais bref, je m’égare là….!
Pour ce voyage à deux, ce premier voyage ensemble depuis que nous ne voyageons plus en famille avec nos parents, nous avions plein de temps à rattraper, et au moins autant de choses à découvrir chez l’autre.

De mon côté, j’ai découvert une Lila plus mûre, plus posée. Je l’ai trouvée tellement changée par les voyages, par toutes ces différentes expériences qu’elle a déjà vécues. On dit que les voyages forment la jeunesse, et quand je vois à quel point ma soeur ressort marquée par ce début d’aventure, je ne peux qu’être d’accord avec ce vieil adage.
Nous avons eu des discussions passionnantes sur les différences de culture, de société, sur la folie de la consommation occidentale, sur la gentillesse des péruviens, sur les aborigènes australiens, sur les backpakers, sur la place des réseaux sociaux, sur les grands choix de vie, … Bref, tous ces sujets passionnants que nous n’avions jamais abordés ensemble.

De son côté, elle m’a confié avoir adoré me découvrir plus cool, plus sereine et capable de profiter des bons moments. Comme si la maternité m’avait moi aussi faite mûrir, et m’aidait à me concentrer sur les choses essentielles de ma vie.

Forcément, entre soeurs, on a aussi retrouvé nos bonnes (et mauvaises !) vieilles habitudes. Mais on a visiblement trop changé toutes les deux pour retomber dans nos travers pendant bien longtemps.

Et profiter

Du coup, ravies de si bien nous entendre, de nous découvrir vraiment sur la même longueur d’onde, nous avons profité comme des petites folles ! C’était parfois étrange de me sentir si bien, si légère, mais, au détour d’une pensée pour mes amours, de sentir la boule dans ma gorge se faire plus présente.

Lila, avec sa joie de vivre exubérante, m’a beaucoup aidée à me concentrer sur les petits (et grands !) bonheurs du moment. Elle m’a fait profiter de ses contacts : manger dans un resto gastronomique français en plein Sydney (normal), enchaîner le lendemain avec un barbecue sur la plage à Cairns (encore normal) et finir la nuit au sol dans un dressing (toujours plus de normalité). Bref, c’était la belle vie !

DSC_0582

Elle a même réussi à me décomplexer et me faire acheter un bikini ! Il va falloir assumer mon bidon tout mou à l’air, maintenant !
Elle est aussi parvenue à me convaincre de faire une jolie folie : ce petit tatouage dont j’avais envie depuis tellement longtemps, cette petite originalité qui me tentait et pour laquelle je n’avais encore pas eu le courage de sauter le pas…!

2016-07-25 04.11.48 1.jpg

Je suis vieille !

Ce qui m’a vraiment surprise, dans ce voyage, c’est de réaliser à quel point j’ai changé, depuis la dernière fois que j’étais en vadrouille comme ça, avec un gros sac sur le dos et pas d’adresse pour dormir la nuit suivante. Ça remonte à 8 ans, à mon année Erasmus pendant laquelle j’avais sillonné l’Europe de l’Est en long, en large et en travers.

C’était le temps des discussions jusqu’à pas d’heure dans un anglais ou un allemand hésitant, le temps des grands débats, le temps des voyages et des nuits passées dans le bus, des auberges de jeunesse en dortoir et des rencontres sur le bord de la route. C’était un temps béni, dont je garde de précieux souvenirs, même si, le plus précieux de tous, je me suis arrangée pour lui passer la bague au doigt…!

Bref, c’est une période de grâce, qui aura toujours une place particulière dans mon coeur. Mais jusqu’à ce récent voyage en Australie, j’avais l’impression d’être nostalgique de temps-là. Je regrettais cette liberté de partir sans savoir où dormir le soir-même, cette possibilité de voyager léger, sans stress et avec un fort parfum d’aventure.

Mais en fait, au milieu des autres français, allemands ou australiens qu’on a rencontré tout au long de notre voyage, j’ai soudainement réalisé que l’ambiance Erasmus, c’est plus pour moi ! Je suis clairement passée à une autre étape de ma vie. Ça fait du bien de réaliser que cette période heureuse, que j’avais peut-être un peu trop tendance à idéaliser, n’est plus la vie qui me convient. Ça me permet de tourner cette page de ma vingtaine de manière bien plus apaisée.

En fait, je réalise que je suis vieille, certes, mais heureuse de l’être !

IMG-20160715-WA0058


Voilà, avec cet article, je boucle la série de mes souvenirs australiens. Je te promets de reprendre mes thématiques traditionnelles dès le prochain billet, avec comme toujours Poupette en guest star ! 😉

Publicités

15 réflexions sur “En voyage avec ma soeur

  1. C’est très beau ce que tu racontes, ça pue l’amour jusqu’ici ❤
    Bienvenu au club des vieilles 😉
    La dernière fois qu'on s'est aventuré en auberge de jeunesse mon mari et moi, on s'est promis que c'était la dernière.

    Aimé par 1 personne

    • Ahahah 😂 C’est vrai, cet article chamallow cocotte un peu trop pour toi ?! 😜
      Et oui, carrément le club des vieilles : Fran-Fran me l’avait dit qu’il était cool, ce club des trentenaires, mais je l’avais pas crue ! J’avais bien tort ! 😆

      J'aime

  2. Décidément, l’Australie t’a inspiré de bien jolis billets 🙂 Je crois que tu avais déjà parlé de ta petite sœur et que j’avais déjà beaucoup aimé ce billet, ben celui-ci je l’adore. Peut-être parce que moi aussi, je suis très attachée à mes (petites) sœurs 😉

    (en tout cas je suis comme toi : ma vingtaine s’éloigne, et l’ambiance auberge de jeunesse aussi, et sans regret 😉 d’ailleurs cet été, les copines et moi; on a loué un air bnb, en bonnes adultes ;))

    Aimé par 1 personne

    • Oui, c’est vraiment particulier, ce lien entre soeurs ! Et je suis fascinée de voir comme il peut évoluer au cours de la vie.
      Moi aussi ça me dirait bien que tu nous parles de tes petites soeurs 😊
      Ahahah 😂 En effet, vous commencez à passer de l’autre côté avec airbnb !! 😉

      J'aime

  3. Qu’il est beau cet article ! Vous semblez avoir une belle relation et la manière dont tu en parles est très touchante. Je crois que cela me renvoit à ma relation avec ma soeur 😉
    La voir devenir adulte, mûrir, se poser tout en ayant encore la fougue de ses vingts ans, alors que je la vois encore comme la petite (elle le sera toujours 😉)….
    La trentaine a aussi.poussé la porte ici et je crois que je vais l’aimer cette période, des projets différents mais parfois aussi fous que ce de la vingtaine, juste différents et (peut-être plus réfléchis).

    Aimé par 1 personne

  4. Je vais faire ma vieille alors, moi qui suis déjà dans ma 32e année !!!
    Je ne suis même pas sûre que tu idealisais ton année Erasmus. Je crois que c’est plus de la nostalgie ! Je pourrais d’ailleurs te faire part d’une jolie théorie la dessus.
    Je suis contente que tu es pu profiter de ta soeur. Ces moments là sont précieux aussi.

    Aimé par 1 personne

  5. C’est très intéressant ce que tu dis sur ta « vielliesse »… Cette nostalgie que j’ai aussi, en l’occurence plutot pour ma vie parisienne, je me demande aussi parfois si elle n’est pas « déplacée ». Est ce que cette vie me plairait vraiment encore ? Bref pitite fleur moi aussi je veux connaitre ta théorie sur ce sujet !

    Aimé par 1 personne

    • Peut-être en effet, que ta vie parisienne ne te conviendrait plus aussi bien à présent ?
      Tu sais, Paris avec un tout petit, ça fait vite moins rêver….! Mais fais comme moi, viens tester ! Viens nous voir pendant une petite semaine, et je suis sûre que ta nostalgie disparaîtra comme par magie ! 😉

      J'aime

  6. Ca alors, c’est marrant de voir qu’on garde tous plus ou moins ces souvenirs nostalgiques des annees « decouverte » de la vingtaine! C’est amusant de lire, par toi, des mots que je n’arrivais pas a formuler depuis un petit moment 🙂
    Merci pour ta jolie serie d’articles sur l’Autralie en tout cas (et oui, je suis toujours a la bourre pour rattrapper mes lectures en retard) 😉

    Aimé par 1 personne

    • Oui, c’est vrai que c’est une période particulière, ce tout-début de la vie d’adulte, où on goûte pour la première fois à la liberté et où on prend en pleine face tous ces « possibles » qui nous tendent les bras. Ça m’intéresserait de savoir ce que tu en gardes, comme souvenirs !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s