Miroir déformant

Bree_Van_Der_KampJe crois que j’ai un petit problème de perspective. Peut-être que c’est mon opération des yeux qui n’a pas si bien réussi que ça ? Ou peut-être est-ce mon manque de confiance en moi chronique qui me joue des tours ?

Rassure-moi, jeune maman, ça te fait ça à toi aussi ? Tu regardes discrètement autour de toi, et tu t’aperçois que les autres mamans, c’est criant, elles assurent, elles ! Elles gèrent comme des pro.
En fait, y a que toi qui galères comme une folle pour déplier cette foutue poussette / pour enfiler la fichue combinaison molletonnée à ton petit / pour porter ces fucking courses + le cosy + le sac à main, sans oublier le pack de lait / pour rester stoïque devant le énième caca nerveux de ton petit chou d’amour (malheureusement, aucune mention inutile…).

Non, mais sérieusement, on est entre nous, là : tu peux me l’avouer, à moi, que toi aussi tu as ce sentiment de n’être entourée que par des mères parfaites. Mais où sont passées toutes les autres ?

Aujourd’hui, je brise la glace. Je me mets au service de la société des mamans râleuses en manque de reconnaissance et de soutien moral (parce qu’à défaut de se faire pousser une seconde paire de bras, il en faut, du soutien moral !), et je vide mon sac.

Aujourd’hui, je vous parle du concept de la mère parfaite !

Un peu d’ethnologie

Déjà, commençons par une classification scientifique de cette faune riche et variée.

Nous avons donc :

  • Le gang des mères d’enfants parfaits

Particulièrement douloureuses pour ta fierté de jeune maman. Il faudra t’y faire : quelque soit l’anecdote que tu racontes concernant les progrès de ton petit trésor, leur enfant aura déjà tout mieux fait, bien plus tôt, et bien sûr sans se salir. Que veux-tu, il va falloir t’y faire, on est parfait jusqu’au bout des ongles, ou on ne l’est pas !
Donc lorsque toi, du haut de ton petit nuage de maman d’enfant lambda, tu te réjouiras de voir ta merveille reproduire le cri si élégant du cochon, garde-toi bien d’aller en parler à une mère d’enfant parfait : tu risquerais de devoir écouter le cri de tout le bestiaire de la ferme.

  • Le gang des mères overorganisées

Alors là, méfie-toi ! Tu crois avoir fait l’affaire du siècle en copinant avec la maman du parc adorable, toujours prête à te dépanner d’une lingette, d’une couche ou même d’un biberon d’eau (« Ne t’en fais pas, j’en ai pris un deuxième justement pour ces cas-là »), mais sache que les mères overorganisées cachent bien leur jeu.
Alors que tu les prenais pour les sauveuses de l’aprem au square (« Urgence grosse commission, mais où j’ai mis les couuuuuches ?! »), elles auront réussi à te complexer en te racontant par le menu le programme de leur week-end : réinscrire le grand au conservatoire, commencer l’organisation du l’anniversaire du petit dernier « tu comprends, le temps file vite, c’est dans trois mois ! », tester la nouvelle recette de macarons de la belle-mère, se renseigner sur les écoles du secteur pour la rentrée 2018 et passer au forum des associations pour tenir le stand Yoga Prénatal. Normal.
Résultat des courses, tu rentreras te morfondre à la maison, au milieu des papiers pour les impôts, en te maudissant d’avoir, une énième fois, oubliée de prendre un change pour BébéChou.

  • Le gang des mères Montessori

Toujours inventives et attentives aux besoins de stimulation de leur merveille de bambin, ce petit être précieux, cette conscience en devenir qu’il faut ouvrir poétiquement au monde, elles sont capables de proposer des activités variées à faire pâlir de jalousie n’importe quel instit’ de maternelle.
Toi, tu as beau avoir acheté, dans un excès de motivation, le dernier best seller « Montessori pour les nulles », le bouquin prend désespérémment la poussière dans les toilettes, et l’activité préférée de ton bébé continue à être le vidage de sac à main en folie.

  • Le gang des mères un peu, beaucoup, à la folie bienveillantes

Des modèles de patience, ces mères-là ne s’énervent jamais : c’est bien simple, elles ne parlent pas, elles murmurent. Elles sont capables de comprendre les besoins de leur petit avant même que celui-ci n’ait frémi de la paupière ou miaulé (forcément, leurs bébés ne pleurent jamais).
Un jour, peut-être, entre deux crises de colère de BébéChou, tu auras le temps de leur quémander les précieux conseils d’éducation qu’elles maîtrisent comme elles respirent.

  • Le gang des mères top modèles

Alors là, attention : on entre dans une autre galaxie. Les mères top modèles, c’est un peu comme les princesses : elles sont toujours parfaitement maquillées, leur bébé est un petit ange toujours tiré à quatre épingles, qui ne régurgite pas et ne remplit même pas ses couches. Chaque jour, les mères top modèles préparent avec amour un babylook assorti à leur outfit of the day.
Quand toi, tu émerges difficilement après les 12 réveils nocturnes de BébéChou et les 3 couches débordantes de la fin de nuit, elles ont déjà posté la mine réjouie de leur progéniture de rêve sur Instagram. Un conseil, file te recoucher.

Bon, et moi, dans tout ça, je me retrouve où ?

  • Le gang des mères désabusées mais tenaces, épuisées mais épanouies, débordées, dépassées et heureuses

Ouaip, dans mon gang à moi, il y a tout ça : des pleurs, des cris, des tâches, des diarrhées, des chutes, des réveils nocturnes, des poussées dentaires, des otites et des parents dépassés.
Des parents qui rament parfois, qui rient bêtement, qui pleurent d’épuisement mais qui tiennent bon et qui tentent chaque jour de faire le moins mal possible.
Des parents fatigués mais heureux, des parents qui se demandent « mais pourquoi donc a-t-on eu cette idée saugrenue de faire un bébé ?! », puis qui se faufilent en douce dans la chambre dudit bébé pour s’extasier devant son visage innocent d’ange endormi.

Bref, je le clame haut et fort, à bas le mythe des mères parfaites !

Moi, jalouse ? Nooooooooon ! Regarde-moi, le portrait craché de Brie Van der Kaamp, heureuse le dimanche après-midi, en tablier, à cuisiner avec Poupette ! 😉

Processed with VSCO with g3 preset

La prochaine fois, promis, je te donnerai mes trucs et astuces pour survivre dans ce monde acharné des perfect mums dont on nous rabat les oreilles.
Mais si ta curiosité inassouvie te taraude, tu peux aller jeter un coup d’oeil sur cet article du Monde, qui nous raconte comment la synergie entre blogs et réseaux sociaux alimente ce mythe de la mère parfaite. Tu pourras aussi bien te marrer en découvrant la catégorie Humour du blog Allo Maman Dodo : de jolies petites perles dédramatisantes !

Allez, mère lambda d’enfant lambda, courage, on continue la lutte ! 😉

Publicités

38 réflexions sur “Miroir déformant

  1. Hi hi hi. Tu m’as fait pensé au sketch de Florence foresti sur la mère calme qui ne cours jamais et ne cri jamais. :-D.

    Je pense que comme elle: crier et courir risque d’être mes deux plus grand piliers d’éducation. Et je me retrouve à 100% dans ce que tu décris!!

    Je revendique aussi mon appartenance au clan des mères indignes qui n’ont aucun problème à laisser bébé chez la nounou alors qu’elles sont en rtt ou qui mega surkiffe les fêtes de famille parce qu’il y a TOUJOURS des volontaires pour s’occuper de bébé :-).

    Aimé par 1 personne

  2. C’est très bien décrit ! Et tu pourrais aussi ajouter une catégorie qui regroupent les mères top modèles et Montesson et super organisées et qui ont aussi des enfants parfaits! Mais j’avoue, dans la vraie vie je n’en ai jamais vu. Le problème avec tout ça, quand on est perfectionniste, on ne se voit pas faire moins. Mais j’y travaille, je lâche prise sur plein de choses comme l’apparence des enfants (de toute façon, dès le petit dej les tâches apparaissent).
    Vive les mamans lambda 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Oui, tu as raison, il y a aussi des SuperPerfect Mums qui réunissent tous ces critères, mais elles jouent encore dans une autre catégorie 😉

      Et c’est exactement ça : si j’étais moins perfectionniste et plus bienveillante avec moi-même, je n’aurais pas besoin de me comparer aux autres, et encore moins l’impression d’être toujours à la ramasse. Alors, comme toi, visiblement, je m’accroche, en essayant de prioriser : moi aussi, c’est sur l’apparence de Poupette, qui a une fâcheuse tendance à jouer dans la gadoue dès que je lui enfile des collants blancs, que j’ai appris à lâcher du lest ! 😀

      J'aime

  3. J’ai bien rigolé ce matin dans mon RER en lisant ton article !!! Je pointe également dans le dernier gang et d’ailleurs la semaine prochaine je me prend des jours de vacances et je laisse le Choupi à la crèche !!! ^^

    J'aime

    • Oh oui, le pied des vacances en solo, sans bébé ! Mais ne sois pas si dure avec toi : je suis sûre que tu vas lui concocter de jolies petites activités d’éveil épanouissantes et que tu vas faire la provision de petits pots maison, n’est-ce pas ? (ou pas 😉 )

      J'aime

  4. Alors comment dire… Je ne me considère pas du tout comme parfaite. Notamment dans la catégorie top modèle mon fils n’est presque jamais bien habillé… Ou bien encore (en pire) il m’arrive de perdre patience avec lui et de lui dire des choses aussi peu bienveillantes que « tu me gonfles ». Mais je crois que je ne l’assume pas tout à fait, je me promets toujours de mieux faire. Et puis je me suis aussi reconnue dans pas mal de catégories : je suis presque toujours maquillée, j’ai toujours au moins deux couches sur moi, Pierre est plutot « facile », j’essaie régulièrement de faire des activités avec lui… Du coup je me demande ce que les autres pensent de moi dans mon entourage… Est ce qu’on s’imagine que je suis cette maman au top ? Est ce que ca agace ? Est ce que je suis trop perfectionniste ? Bref je ne sais pas quoi dire d’intelligent en commentaire 🙂 .

    J'aime

    • Oh ben tu sais, sur ce genre d’article, je n’attendais pas forcément une analyse aussi poussée. Mais…. puisse que tu me lances, allons-y !
      En écrivant cet article, je me suis concentrée sur ces qualités qui me faisaient envier les autres mamans : je les ai poussé à l’extrême, mais, sans aller jusque là, on retrouve des petites traces de ces comportements que j’ai caricaturé dans chacune de nous.
      Je ne veux en aucun cas faire l’apologie des mères indignes, et je pense sincèrement ne pas en être une. Je voulais plutôt ridiculiser l’image que l’on donne des mères parfaites, et en rire avec vous.

      Moi aussi, je cherche à mieux m’organiser (et je trouve que je n’y arrive pas trop mal, d’ailleurs !), à prévoir des activités sympas à faire avec Poupette (ça me fait penser que ça fait longtemps que je ne vous en ai pas parlé, ici), et, plus encore, à rester calme, posée et bienveillante pour accompagner ma fille.
      Est-ce que cela agace mon entourage ? Sincèrement, j’espère que non ! Est-ce que l’on s’imagine que je suis une mère parfaite ? Je ne crois pas !

      Je suis persuadée que tout dépend de la manière dont on se comporte avec notre entourage, et je suis sûre et certaine que tu es loin d’être une maman pédante qui affiche avec orgueil les derniers progrès de ton petit ! 😉

      Bref, merci, ma chère Die Fransoezin, pour ce commentaire !

      PS : pour tout t’avouer (soyons folles !), ce matin, je me suis habillée avec une tenue assortie à celle de ma fille ! 😉

      J'aime

  5. Il faut vraiment se ranger dans une catégorie ??!! :p
    Je ne complexe pas vraiment en pensant aux mères parfaites… disons que c’est même un peu l’inverse en fait : avec le temps et l’expérience je me rend compte qu’on est toutes dans la même galère, et que certaines arrivent mieux à « cacher » ce qui ne va pas que d’autres ! Et des fois je me rassure en me disant : ah oui son bébé à elle il a fait ses nuits rapidement, il ne pleure pas, reste tranquille, mais peut-être qu’à 2 ans il sera infecte, alors que le miens sera peut-être pas si terrible pour compenser son agitation et ses grognements d’aujourd’hui ?!! L’espoir fait vivre ah ah ! (heu, espoir pour le miens hein, pas pour celui des autres, j’suis pas méchante à ce point quand même !).
    Mais c’est vrai que je me suis parfois posé la question : mais comment font les autres mamans pour avoir l’air d’être propres tout le temps ? Moi j’ai toujours une tâche quelque part – merci à Crapouillou qui bave, morve, accroche ses mains sales à mon pantalon blanc, et j’en passe !
    Et puis, quand (comme ce matin) je reçois des compliments sur le comportement de mon fils je me dis qu’il est malin et adorable, parce que même s’il peut être vraiment pénible parfois à la maison, il se tient presque toujours très bien quand on est dehors. Alors tu vois, ce que voient les autres ne reflètent pas forcément la réalité 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Et d’ailleurs pour tout te dire moi je suis parfois jalouse parce que tu as l’air d’avoir plein d’idées super pour faire des activités avec ta fille et ça a l’air trop chouette ce que vous faites ensemble 😀

      Aimé par 1 personne

      • Oh mais faut pas être jalouse : pique les bonnes idées, profite ! Et puis, pour être tout à fait honnête, je crois que c’est mon côté hyperactif qui me pousse à faire ça : je suis loin d’être convaincue que Poupette a toujours besoin de ça : finalement, du temps avec ses parents, de l’attention et de l’interaction, c’est tout ce dont ils ont besoin pour s’épanouir ! Et ça, quelque chose me dit que Crapouillou n’en manque pas ! 😉

        J'aime

    • Ahah Mme Vélo, tu as toujours le mot juste : c’est justement là où je voulais en venir pour mon prochain article ! En effet, je pense qu’il n’y a de mères parfaites que dans l’imagination des autres, et que, dans la vraie vie, ‘on galère toutes plus ou moins à un moment donné !
      Moi aussi, j’ai les mêmes techniques que toi pour me rassurer, mais je sais pas pour toi, moi ça marche jamais bien….
      Et oui, tu as raison, ça marche dans les deux sens : quand on galère à faire faire telle ou telle chose à notre petit et qu’une remarque ou un commentaire positif arrive dans notre oreille, l’effet est encore plus bénéfique 🙂

      J'aime

  6. Ah ah ! Je suis très loin d’être la mère parfaite… et je ne me suis jamais dit que j’en rencontrais une non plus. J’ai l’impression que c’est très bloguesque ! Néanmoins, pour te rassurer, je trouve qu’un tour au parc est toujours salvateur : tu trouveras toujours pire que toi 🙂
    Et ne te compare pas aux autres mamans, on fait toutes de notre mieux de toute façon (et après avoir les photos de Poupette à la Martinique, elle a bien de la chance d’avoir des parents comme vous !!)

    J'aime

    • Tu n’as pas tort : c’est un vrai travers des blogs que de se comparer, tout simplement parce qu’on rapproche ce qu’on lit dans tel ou tel article de notre expérience personnelle.
      Après, je pense qu’il y a aussi un aspect « confiance en soi » qui joue beaucoup : je pense qu’une mère sûre d’elle, qui ose affirmer et assumer ses choix aura beaucoup moins l’impression d’être entourée de mères parfaites. En tous cas, en ce qui me concerne, c’est clairement une manière de me remettre en question que de regarder comment font les autres.
      Ahaha, tu as bien raison, un tour au parc fait toujours du bien : les enfants des autres sont tellement terribles, à côté de nos petits anges !! 😉
      Et oui, la conclusion c’est bien ça : on fait toutes de notre mieux !

      J'aime

  7. Après avoir passé deux heures à endormir ma fille, l’entendre hurler, aller la rendormir, la réentendre hurler et avoir eu tout sauf envie de lui dire des mots gentils, de la rassurer et de lui expliquer une énième fois qu’il faut faire dodo toute seule dans son lit comme une grande et que papa et maman font dodo à côté tout va bien, je crois que commenter cet article est plutôt à propos.

    En fait, pour le coup, je vais pas suivre la copine Franfran, à part dans la dernière, je ne me suis reconnue nulle part 😀 Mon bébé fait « Miaou » quand elle voit un lapin, je me rends compte toujours trop tard que je n’ai pas pris de couche de rechange, je montessorise très peu, en situation de crise, j’ai toujours plus envie de hurler à pleins poumons, de pleurer et de taper du pied aussi (y’a pas de raison) que de me comporter en adulte responsable qui désamorce le conflit en douceur (du coup j’opte souvent pour un compromis : j’attends que ça passe en prenant sur moi), et je suis très souvent habillée et coiffée comme l’as de pique (bon, par contre, j’essaie de bien habiller Choupie… mais encore faut-il pour ça que j’aie fait la lessive à temps).

    Bon, en fait, en disant tout ça, j’ai vraiment l’impression d’être une mère abominable :p C’est sans doute que je suis fatiguée…

    (Après, pour être cohérente quand même, comme je l’avais dit à Lorette, je le trouve pas si pertinent, cet article du Monde, je pense qu’il dénote une mauvaise compréhension du phénomène.)

    J'aime

      • J’ai pas développé hier parce que j’étais fatiguée et que ça sortait un peu du propos, mais l’article fait des mères « jolies photos sur Instagram » des anti-féministes, qui ne s’épanouissent qu’à travers leurs enfants et leur maison bien rangée. Or dès que tu creuses un peu, tu te rends compte que ce n’est pas ça. Ce n’est pas parce que tu fais de jolies photos, une belle déco chez toi et que tu habilles bien tes enfants que tu es asservie à ton foyer (ne faisant pas de jolies photos, n’ayant pas une jolie déco chez moi et n’habillant pas mon enfant parfaitement tous les jours, je crois pouvoir le dire en toute objectivité).

        Quand tu suis les blogs de ces personnes (Elisa de Etdieucréa, notamment, qui est citée dans l’article), tu te rends bien compte que ce n’est pas parce qu’elles font de belles photos qu’elles ont une vie parfaite, et elles sont les premières à le reconnaître. Il n’y a aucune injonction de leur part à être une maman parfaite, et ce n’est pas de leur faute si tant de gens aiment leurs photos. Elles n’obligent personne à s’abonner ! Et si les gens ne sont pas capables de voir l’envers du décor ou de faire un travail de distanciation, c’est à mon avis leur problème. Qu’ils suivent alors de blogs plus « real life », il y en a plein aussi 🙂

        Du coup, moi j’ai juste l’impression que la journaliste surfe sur la tendance du maman-parfaite-bashing (et j’avoue que j’en fais allègrement de mon côté aussi, hein), pour en faire une pseudo thèse sociologique (contrairement à Louna, qui prend tout ça sur le ton de l’humour !!) qui a surtout pour vocation de faire le buzz.

        Aimé par 1 personne

        • Oh la la, Chat-mille et Franfran, vous êtes des incorrigibles polémistes ! (c’est bien pour ça que j’adore vous lire !) 😉
          Moi je voulais juste faire un article rigolo, et au dernier moment, je me suis dit que ça ferait plus sérieux de citer une source qui parle aussi de ce phénomène (oui oui, on est bien d’accord, ce n’est pas un réel problème en soi !).

          Je crois que tu as tout bien résumé Chat-mille : le journaliste a voulu faire un article buzz et a sauté à pieds joints dans la mare des amalgames. Tout comme toi, je suis persuadée que ces mères parfaites que je décris et que l’on retrouve sur les réseaux sociaux n’en sont pas forcément dans la vraie vie et, surtout, ne sont aucunement des anti-féministes prônant un retour aux valeurs familiales et mettant en avant le mythe de la mère parfaite sur tous les tableaux.

          Du coup, je ne me suis pas embrassée, et en blogueuse sans scrupules, j’ai pris ce qu’il y avait d’intéressant à prendre pour faire la base de mon article, qui est : « comment est-ce que moi, en tant que mère lambda, je réagis lorsque je vois ça ? »

          Ça ne va pas plus loin, ça ne casse pas trois pattes à un canard, mais ça m’a fait du bien de caricaturer tout ça 🙂

          Bref, je suis d’accord avec toi Chat-mille, sur le fond, je ne partage pas du tout l’analyse de ce phénomène qu’en fait le journaliste.

          J'aime

    • Oh mais non, tu n’es pas une mère abominable !! Bienvenue dans le gang des mères lambdas : on t’accueille à bras ouverts, il y a de la place pour tout le monde, plus on est de petites folles, plus on rit 😉

      Et puis, je retiens que tu mets l’effort sur l’apparence de Choupie : tu vois, ce n’est déjà pas si mal (Poupette est arrivée ce matin à la crèche avec de la morve dans les sourcils parce que ni moi ni son père n’avons pensé à lui débarbouiller le museau avant de sortir de la maison…. Normal.)

      Et je retiens le fait de taper du pied quand rien ne va plus : je vais tester sur Poupette qui parfois se laisse aller à trépigner ainsi. Ça va me faire bien rigoler ! (Ben quoi, mieux vaut en rire ! 🙂 )

      J'aime

  8. Hahaha qu’est-ce que tu m’as fait rire ! Et puis SURTOUT je te jure : en voyant tes photos la semaine passée de votre séance pâtisserie, j’ai eu un méga coup de stress en mode « je fais pas ça avec ma fille, je fais rien avec elle, je l’abandonne, je suis une mauvaise mère » ! Tu vois dans quel état tu m’as mis !?
    Je vois effectivement beaucoup de mamans sur Internet qui ont l’air de gérer plus que moi… mais dans la « vraie vie » (au quotidien), je constate qu’on fait en fait partie des parents qui nous occupons le plus de notre enfant. Alors ça me rassure un peu… Puis je vois tes photos de pâtisserie et ça me désolée de nouveau haha 😀

    Aimé par 1 personne

    • Oh ben non, ben c’est raté alors : je ne voulais absolument pas te faire culpabiliser, et encore moins paniquer !!
      (même si ton message de détresse m’a fait bien rire : je m’y suis tellllllllement retrouvée !! Ahahah !!)

      Bon, ben si tu veux, juste pour toi, pour te montrer comme les images peuvent être trompeuses, je vais te révéler les coulisses de cette séance de pâtisserie photographiée 😉

      C’était dimanche, il faisait gris et il pleuvait depuis 5 ou 6 jours, les seules sorties du week-end avaient été les courses et le marché du dimanche matin, avec un petit arrêt mouillé au square, et Mister F. et moi avons été saisi de flemmingite aiguë : aucune envie de proposer une activité fun, épanouissante ou montessorienne à Poupette, juste une grosse envie de larvage devant la finale de Roland Garros. A son réveil de la sieste, j’ai eu la brillante idée de lui faire faire un gâteau au yaourt : ça nous a occupé au moins 1/2h pour le faire, puis au moins autant pour le manger ensuite, avec une Poupette ravie de se goinfrer de sucre et de gluten, face à ses parents captivés par des mecs en short courant derrière une petite balle jaune.
      Alors, ça y est, tu décomplexes ?! 😀

      J'aime

  9. Trop chouette, on fait partie du même gang (moi j’ai même un tatouage morsure où tu peux compter le nombre de dents de mon fils).
    Même si j’avoue, parfois j’aspire à faire partie d’autres gangs.
    Mais c’est drôle, ce qui m’a rassuré dans ton article, c’est pas tant le fait de ne pas être parfaite mais plutôt le fait qu’il y ait plusieurs types de mères parfaites. Moi je voyais ça comme une mère parfaite suprême, parlant avec bienveillante à son enfant habillé comme elle dans une chambre au mobilier chiné mais impeccable jouant avec un bac sensoriel plus beau qu’un Van Gogh. Mais en fait la même parfaite qui habille son poupon en Kenzo Baby, elle doit bien lui hurlé dessus quand il se tâche avec de la boue en exerçant sa sensorialité, non?

    Aimé par 1 personne

    • Ahah ! C’est exactement ça ! Je suis persuadée que c’est impossible de jouer sur tous les tableaux, alors il faut choisir son camp 😉 Ou plus exactement, il faut prendre le temps de définir ce que l’on considère comme prioritaire : ça m’aurait plu d’avoir une petite poupée jolie comme coeur dans sa tenue blanche, mais je préfère de loin voir ma Poupette courir, tomber, trouer ses collants et râper ses chaussures ! 😀
      Et je suis sûre que, sans même t’en rendre compte sur le moment, tu fais tour à tour partie des autres gangs 😉

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s