Cocotte minute

cocotte-minuteEn ce moment, c’est un peu la folie. Il y a des périodes de l’année, comme ça, où tout semble nous filer entre les doigts. Pourtant, j’ai l’impression qu’on fait de notre mieux, Mister F. et moi, et que notre organisation au quotidien est plutôt optimisée.

Mais alors d’où me vient ce sentiment, à la fois stressant et décourageant, que le temps file à toute vitesse et que je n’ai jamais une seconde à moi ?

Je suis débordéeeeeeeeeee !

Que ce soit en semaine ou le week-end, on a toujours des milliers de choses à faire : prévoir les repas de la semaine, gérer les aléas de la crèche parentale, aller à la chorale, faire du sport, rendre des invitations en suspens depuis des lustres, s’organiser pour aller au marché le dimanche, prévoir des activités pour le week-end (ben oui, avec notre Poupette de compèt, il vaut mieux assurer que de la laisser, désœuvrée, tourner comme un lion en cage dans notre minuscule appartement), ou organiser nos prochaines vacances un minimum à l’avance, histoire de pas laisser un rein à la SNCF, comme d’hab’.

Bref, le temps file sans que l’on arrive à se ménager une pause dans cet emploi du temps surchargé. J’ai l’impression d’être toujours pressée et de me retrouver à devoir faire les choses au dernier moment. Le moindre grain de sable dans ces rouages bien huilés vient nous faire déraper.

Je dis nous parce que Mister F. aussi, a tendance à se laisser déborder.

Quand j’y pense, j’ai du mal à croire qu’on ait tous les deux un poste de cadre à responsabilité où le respect des délais fait partie intégrante de nos missions. Pourquoi échouons-nous dans la vraie vie, là où nous avons les capacités d’être performants au travail ?

Peut-être est-ce dû à notre propension à penser aux autres avant tout ? Nous nous plions toujours en quatre pour arranger les copains, les amis ou les autres parents de la crèche. Les gens savent qu’ils peuvent compter sur nous, et j’ai l’impression que c’est aussi important pour Mister F. que pour moi. Mais dans toute cette histoire, est-ce qu’on n’aurait pas un peu tendance à s’oublier, lui et moi ?

L’arrivée de notre fille dans notre vie nous a déjà permis de mettre le holà et de se concentrer sur son bien-être à elle. Mais du coup, j’ai l’impression que c’est notre couple qui pâtit du manque de temps (les journées de 24h, c’est tellement has been !).

Je me retrouve dans la peau de la jongleuse de vie, dont parlait si justement Aurélia du blog Ces Yeux Bleus dans son dernier article. Je me perds entre mes différents rôles de mère, de femme, d’épouse, de professionnelle, d’amie, de sœur et de fille.

Et dans ces cas-là, qui est-ce qui s’invite dans notre quotidien ?

Ma bonne amie, la culpabilité

Ah la la, déjà qu’on était bien copines, elle et moi, avant l’arrivée de Poupette, je peux vous dire que depuis 20 mois, elle a clairement élu domicile à la maison, cette fameuse squatteuse !

Je m’en veux de ne pas réussir à me dégager du temps pour proposer des activités variées à ma fille, le week-end. Ou tout simplement, de ne pas réussir à décrocher du stress du boulot pour pouvoir me consacrer entièrement à elle, le soir, en rentrant de la crèche.

Nos projets de vacances en famille ? Ils sont au point mort !
Nous devions partir quelques jours avec mes parents en Bourgogne, pour leur permettre de profiter de leur petite fille et pour se retrouver autour d’un bon (même très bon !) verre de vin, au détour d’une cave. Mais voilà, pas moyen de se poser deux secondes pour prendre le temps de repérer un gîte sympa. Résultat ? Je culpabilise de ne pas trouver du temps pour mes parents.
Nous sommes invités à un mariage en Autriche, cet été : il serait plus que temps de s’organiser pour y rester quelques jours et profiter des beaux paysages et des lacs de la périphérie viennoise. Mais on est déjà mi-mai, et nous n’avons rien fait ! Je sens la pression monter, du côté de Mister F. Du coup, forcément, quand on aborde le sujet, les échanges sont rapidement houleux : beaucoup de stress des deux côtés, le sentiment d’être incompris, de ne pas être écouté….

Est-ce que je mets la barre trop haut ? Ne faudrait-il pas ralentir pour pouvoir mieux profiter de notre vie au quotidien ?

Parfois, j’aimerais pouvoir appuyer sur le bouton PAUSE, et simplement prendre le temps de ne rien faire. Je rêve d’avoir du temps pour moi. Je rêve de trouver 1h dans mon emploi du temps de fou pour aller dégoter une jolie petite robe pour le mariage auquel on est invité dans 2 semaines. Je rêve d’aller boire un verre avec mes copines. Je rêve de prendre un bain et de me faire les ongles de pieds.

Bref, rêver, c’est bien beau, mais comment faire, concrètement, pour se sortir de cette spirale infernale ?

Du rêve à la réalité

Tu te doutes bien, chère lectrice, que si j’avais la réponse à cette question, je ne serais pas en train de m’épancher sur la toile, en te racontant mes déboires de maman débordée.

Mais j’essaie de trouver des solutions. Je crois que la clé, dans tout ça, c’est de savoir prioriser. Il est clair que je n’arrive pas à faire toutes les tâches que je rêverais d’accomplir.

Peut-être qu’un bilan honnête de la situation m’aiderait à réaliser quelles sont celles qui sont essentielles, et celles que je peux laisser de côté ?

Peut-être que ça me permettrait aussi de rééquilibrer mon temps entre les tâches pour les autres (amis, famille, collègues), les tâches pour ma fille, pour mon couple, et enfin, pour moi.

Bon, ça tombe bien, je suis passée maître en l’art de tenir des To Do List !

todolist

Crédits photo (creative commons) : John Schultz

Alors c’est décidé, je m’y colle, et je reviens te faire un bilan dans quelques temps.

Mais en attendant, je t’en conjure, si toi aussi tu es passée par là et que tu as mis au point un plan d’attaque, donne-moi tes trucs et astuces !

Publicités

32 réflexions sur “Cocotte minute

  1. Sans vouloir te faire peur, la dernière fois que je me suis laissée déborder, il a fallu que j’aille me faire aider !
    Néanmoins, j’adore ton article que je trouve extrêmement lucide sur ta situation et très positif dans son ton, malgré le stress qui transparaît.
    Je reste convaincu que tout est question de priorités. Tu dois te consacrer plus de temps ainsi qu’à ton couple. Et si tu le souhaites, moi je serais ravie d’aller faire un petite pédicure / manucure dans mon salon préféré avec toi et de t’accompagner pour te trouver une jolie tenue 🙂

    J'aime

    • C’est vrai, ça t’est déjà arrivé au point de devoir prendre des mesures concrètes ? Non, ce n’est pas que ça me fait peur, ça me permet juste de me dire que ça peut aussi être une solution pour moi si ce sentiment devient chronique et se généralise.
      Pour ta proposition, je dis ouiiiiiiiiiiiiiiii ! Avec grand plaisir ! On se fait ça quand ?! 😉

      J'aime

  2. Ouh lala j’ai connu ça ! Courrir à 100 à l’heure, partout ! La seule différence je pense avec toi c’est que mon travail ne me correspondait plus. Je suis donc partie, d’un commun accord avec mon employeur. Mais sinon avant ça, comme tu l’as très bien dit, il faut savoir quelles sont tes priorités : dans ta journée, dans la semaine, dans ta vie. Fais-toi une to do list avec les choses que tu dois impérativement faire, avec une deadline à respecter. Et tu rayes lorsque la mission est accomplie ! Je te conseille d’aller jeter un coup d’oeil aux printables de Blog du dimanche. Tu y trouveras des to do lists sympas 🙂 En attendant, bon courage ! Bises

    J'aime

    • Oui, en effet, je n’en ai pas beaucoup parlé parce que je suis vraiment bien dans mon job : hormis quelques rares heures supp, ce n’est vraiment pas ça qui me pose problème. Je suis suffisamment flexible dans mes horaires pour pouvoir m’adapter ponctuellement. Et du coup, toi ça va mieux depuis que tu as changé de poste ?

      Oh c’est une bonne idée, ça, de faire des To Do List adaptées par jour, semaine et plus globalement. Ca devrait m’aider à faire ressortir plus facilement les priorités : merci !
      Et je vais aller jeter un coup d’oeil aux printables du Blog du dimange 🙂

      PS : je vois qu’on éprouve le même plaisir indicible à rayer victorieusement, sur notre liste, la dernière tâche accomplie ! 😀

      Aimé par 1 personne

  3. Si ça peut te rassurer, même en étant au foyer, avec le boulot du Breton, il nous arrive aussi de nous sentir débordés … et de sortir exsangue d’un mois où on réalise qu’on a fait que courir après tout, le temps, les devis, les ouvriers, ect. Il y a des périodes comme ça.
    La to do list est une bonne option, en posant les choses sur le papier, on est plus objectif sur ce qui est vraiment essentiel et ce qui peut attendre un peu ;-). Et pour me simplifié la vie, j’aime bien aussi le principe du planning des tâches répétitives : j’ai un planning de repas avec un type de plat par soir, les jours de lessives, les jours de ménage, ect. Ça permet de décharger un peu le cerveau puisque ça devient des automatismes ^^.

    Aimé par 2 people

    • Oh oui, j’imagine bien que ce n’est pas parce qu’on est à la maison qu’on ne sent pas débordé parfois : je me souviens que pendant mon congé mat, c’était pratiquement pire ! Il y a toujours 3 ou 4 choses à faire, quand on est au foyer, et c’est encore plus compliqué de prioriser, je trouve !

      C’est une excellente idée, les tâches répétitives. C’est déjà le cas en ce qui concerne le ménage (j’ai tiré la carte jocker de la femme de ménage qui passe tous les vendredis après-midi !) et les lessives (week-end obligatoire), mais je pense que ça m’aiderait beaucoup pour les repas. Merci 🙂

      J'aime

  4. Bonjour, je découvre ton blog et je me permets de répondre à ton article. Avec mon mari et l’arrivée prochaine de notre bébé, nous avons décider de mettre en place un planning pour le mois et la semaine, ce qui nous permets une meilleure organisation et pour l’instant ça fonctionne bien notamment pour les repas de la semaine et nous n’oublions rien. Après à voir quand bébé sera là si ce procédé fonctionne toujours.

    J'aime

    • Ravie de te lire, Lunaly, et bienvenue par ici ! 🙂

      Oh mais quelle bonne idée de commencer à vous organiser en avance !
      Du coup, je suis très intéressée par votre fonctionnement : que comprend votre planning pour le mois ? Toutes les tâches quotidiennes pour la maison, mais aussi vos loisirs, les sorties prévues, les rvds médicaux, par exemple ? Et pour la semaine, c’est plutôt les repas ?

      En effet, il faudra peut-être réadapter vos plannings avec l’arrivée de bébé, mais pas forcément, si tout roule pour vous comme ça !

      J'aime

      • Pour répondre à ta question. Le planning mensuel se focalise sur les rendez vous, les anniversaires de la famille,certaines tâches comme le grand ménage de printemps et loisirs, la prévision des destinations que nous aimerions faire les prochaines années ainsi qu’une partie concernant des achats à faire les prochains mois comme l’achat d’un nouveau portable pour Monsieur . Et pour la semaine c’est plutôt repas mais on récapitule aussi pour les choses à ne pas oublier (étant en congé maternité ça m’aide pas mal pour ne pas oublier des choses à faire avant la venue de bébé ). Nous nous sommes basé sur le livre qui reprend le concept du Lean qui est surtout utilisé en entreprise. Nous avons un classeur pour gérer ça. Après je me doute que ça va être un peu différent une fois le bébé là ^^.

        J'aime

        • Oh mais vous avez l’air super organisés ! Ça fait envie !

          Autant je me sens de faire le planning hebdomadaire, autant j’ai du mal à me projeter dans un planning mensuel : finalement, les tâches indispensables liées notamment à notre crèche parentale sont déjà bien identifiées, tout comme nos vacances ou les visites à la famille, et c’est plutôt pour le reste, le trivialement quotidien que j’ai besoin d’aide. J’ai tendance à m’y perdre plus facilement !

          J'aime

  5. Je sais tellement ce que tu ressens ! figure toi que hier soir je suis allée chez le doc justement hier soir qui m’a diagnostiqué un surmenage… maison ! ( je pète les plombs le week end et je me sens pas trop mal au boulot, le comble ! ) et pourtant mes enfants sont grands (5 et 7 ans) .. mais parfois il faut revoir ses priorités , et surtout se faire définitivement à l’idée qu’on en peut pas tout faire ! lâcher prise.. Je travaille dessus moi aussi, mais j’ai du mal.. j’attends tes articles suivants avec impatience !!

    J'aime

    • Oh ben ça me fait plaisir de voir que je ne suis pas la seule ! Et je comprends tout à fait pour le surmenage maison : comme je le disais à Mam’Weena juste au-dessus, je ne me suis jamais sentie autant surmenée que pendant mon congé mat où je passais mon temps à la maison.
      Je crois que, comme pour toi, c’est l’option « lâcher prise » qui a du mal à s’activer, chez moi…. Si tu trouves le bouton, tu me fais signe, hein ?! 😉
      Et oui, promis, je vous fais un petit retour dès que j’ai trouvé un fonctionnement qui me permet de sortir la tête de l’eau ! 🙂

      J'aime

    • Oh, mais je viens d’aller jeter un coup d’oeil à ton blog, et que vois-je ? Ton article du 1er mai (le burn out du dimanche) est vraiment un écho à celui-ci ! En effet, on est vraiment dans le même état ! 😉

      J'aime

      • oui je me suis bien reconnue en lisant ton article c’est clair ! enfin heureusement je ne me sens pas comme ça depuis que je suis maman, heureusement, car ça fait presque 10 ans ! ça dépend des périodes.. tu as bien compris que le lacher prise est mon problème.. en tout cas pour le pont de la semaine dernière, on avait décidé avec mon homme de faire 2 jours de repos et sorties avec les enfants, et 2 jours rangement et autres joyeusetés dans la maison.. même si dans l’absolu je serai bien partie 4 jours.. mais il faut savoir dire non pour avancer. pour le moment je suis encore sous pression, mais je travaille à retrouver un peu de zen..

        J'aime

  6. Pas facile… Je pense que ca nous arrive toutes des phases comme ca surtout depuis que nous sommes devenues maman. Ma méthode à moi c´est de virer tout le superflu : les relations auxquelles je ne tiens pas suffisamment pour y consacrer du temps, les activités dont je peux me passer… Mais cela demande bien sur d´accepter de faire le deuil de certaines choses… Déléguer peut aussi etre une option : agence de voyage, femme de ménage, etc.
    Faire un honnete bilan de la situation est une bonne idee. J´ai pratique deux methodes en formation : 1. Lister ton emploi du temps actuel sur une semaine et calculer les temps passé : pour ta fille, ton boulot, toi etc. Puis mettre ca au regard de tes priorités et voir ce que tu peux améliorer pour que les deux concordent. 2. Essayer de décrire l´emploi du temps de ta semaine idéale. Et la encore faire le point au regard de l´existant… Bon courage !

    Aimé par 2 people

    • Ahah ! Mais justement, je n’y arrive pas, à virer le superflu ! Comment tu fais pour choisir ce dont tu peux te passer ?

      Quant à déléguer, comme je te le disais, tu m’avais bien motivé pour la femme de ménage, et on a sauté le pas il y a quelques mois : je n’arrive pas à avoir comment on s’en sortait avant !
      Pour l’agence de voyage, je ne suis pas sûre par contre : on aime bien tout contrôle, Mister F. et moi, et nous n’avons essayé cette option, et vous ?

      Mille mercis pour les deux méthodes que tu proposes : je vais mettre ça en oeuvre rapidement, parce que je pense que c’est une manière efficace pour repérer ce que je peux modifier sans scrupules et ce que je peux changer immédiatement pour voir une amélioration rapide de la situation. Merci beaucoup ! 🙂

      J'aime

      • Je n’ai pas non plus essayé l’agence de voyage encore mais comme en ce moment je peine aussi à organiser nos vacances j’y pense 😉 . Sinon pour le fait de lâcher, ça doit sans doute être un tempérament. A la base je suis assez casanière et solitaire donc ça me vient assez naturellement d’annuler des RDV et de décliner des invitations. Et comme mon mari est pareil, il faut d’ailleurs presque parfois que nous nous forçons en sens inverse ! Mais en gros le curseur c’est mon envie… Si je me rends quelque part en ayant l’impression que c’est une contrainte la prochaine fois je n’y vais pas…

        J'aime

        • « Si je me rends quelque part en ayant l’impression que c’est une contrainte la prochaine fois je n’y vais pas… » Voilà voilà, moi je n’y arrive pas, et je continue à me forcer : peut-être un point à travailler ?! 😉

          J'aime

  7. Je pense que c’est normal de se sentir débordés avec un(e) petit bout ! Je ne suis pas fan du tout des to do list, par contre, je suis une pro pour lâcher du lest ! Et surtout, on réserve des week-end pour ne rien faire. Un week-end sur deux, on reste à la maison et on ne prévoit rien. Ce qui laisse du temps pour le marché, les balades aux parcs ou les goûters entre amis… Après pour tout ce qui est sport, esthéticienne… je cale ça sur ma pause méridienne. Courage, ce n’est qu’un moment à passer !

    J'aime

  8. Ah la to do liste ! J’en fais plein. Tout le temps. Je comprends très bien ce que tu ressens, parfois je trouve même que les we sont pires que la semaine. J’essaye aussi de déléguer mais par contre je n’arrive pas à lâcher du leste 😦 je m’échappe de tout cela avec au moins une bonne douche chaque jour, globalement aussi une bonne hygiène de vie (je prends le temps de cuisiner de bonnes choses) et parfois je me prends une heure rien que pour moi le we en fonction de mon état d’esprit où je fais rien du tout !

    J'aime

    • Hihi ! Pourquoi cela ne m’étonne pas de toi ? 😉
      En effet, moi non plus, je n’ai pas la dernière mise à jour du module « lâcher du lest », alors c’est pas facile tous les jours !
      Mais je retiens l’idée de la bonne douche « échappatoire » : c’est plus dynamisant qu’un bain, et ça peut vraiment faire du bien. Merci !
      Quant à ne rien faire du tout, j’en suis tout bonnement incapable : comment fais-tu ? Tu rêvasses ou tu te reposes au calme ?

      J'aime

  9. Je me retrouve complètement dans ton article et pourtant bébé n’a que 7 mois. Hier soir, encore je n’avais pas le moral et je disais à chéri que je ne me sentais pas à la hauteur. J’ai le sentiment de ne pas réussir à accomplir tous ce que je voudrais faire. J’ai toujours un milliard de truc dans la tête, pleins d’idées, plein d’envies, j’arrive pas trop à me poser. On arrête pas de courir tous les 2 mais j’ai l’impression que même si on est plutôt organisé, ce n’est jamais assez bien. Peut-être qu’on met la barre trop haute, qu’on est trop perfectionniste ? Je voudrais tellement être une super woman. Après, je pense aussi que la solution est dans la planification. Il y a un blog que j’aime bien « les supers parents » qui propose de nombreux outils et j’ai découverts un autre blog récemment « maman s’organise ».

    J'aime

    • Oh merci, pour les liens, Lisa !
      Je vais aller y jeter un coup d’oeil, voir si quelques outils pourraient m’aider concrètement.

      Après, si ça peut te rassurer, je pense que tu es loin d’être la seule dans ce cas-là, surtout avec un bébé aussi jeune : dans la première année, les besoins de bébé sont en continuelle évolution, et je trouve que c’est très difficile de s’y adapter directement, sans passer par la case « Maiiiiiiiiiis euuh, je vais JAMAIS y arriver ! ». Ça a tendance à se calmer par la suite, mais c’est là qu’arrive le moment où tu as envie de vivre aussi autrement qu’en papillonnant autour de ton bébé, alors nouveau déséquilibre et réadaptation nécessaire….!
      Moi, ce qui m’avait bien aidé à faire baisser la pression, pendant la première année, c’était de prendre une journée de RTT juste pour moi, toute seule à la maison : le pied ! (Tiens, et si je recommençais ?)

      PS : je ne comprends que trop bien ton envie d’être une super woman, mais peut-être que, comme moi, ça te rajoute une pression supplémentaire, tu ne crois pas ?

      J'aime

  10. Merci Louna, je vais suivre tes conseils pour les RTT, j’y pense beaucoup mais jusqu’à maintenant je culpabilisais trop de ne pas en profiter pour être avec bébé, mais je commence à raisonner différemment et me dire que maman a besoin aussi de prendre du temps pour elle, pour être en forme pour s’occuper au mieux de bébé. Et d’un autre côté, j’ai peur aussi que si je pose une journée, j’en profites pour faire tout un tas d’autres choses, papiers, rangements… plutôt que de prendre vraiment du temps pour moi, à moins de m’accorder une pause détente à l’extérieur. Je vais y songer sérieusement. Et tu as raisons, on ne devrait pas se mettre trop de pression comme on le fait. Le plus dur pour nous est vraiment le manque de sommeil et la fatigue accumulée, bébé se réveille encore beaucoup la nuit…

    J'aime

    • Oh la la, Lisa, je me reconnais vraiment dans ton discours ! Mais j’ai l’impression que tu tiens le bon bout : arrêter de culpabiliser et penser un tout petit peu à soi ! Comme tu le dis, c’est également ce qu’il y a de mieux pour ton petit bébé, qui sera tellement heureux de retrouver une maman sereine et reposée ! Pour tout t’avouer, moi j’ai carrément pris une semaine de RTT juste pour moi toute seule quand Poupette avait 7 mois : c’était ma sage-femme qui avait insisté pour que je la laisse vraiment les 5 jours à la crèche, alors que j’avais prévu de la prendre au moins 2 ou 3 jours avec moi. Ça m’a fait un bien fou !
      Mais après, comme tu dis, il ne faut pas tomber dans le piège de s’occuper de la maison, de rattraper son retard pour les tâches administratives, le ménage ou tout autre corvée chronophage : non, le seul objectif est de te faire du bien, de te reposer et de te ressourcer au calme. Et si pour ça il faut que tu t’organises une sortie détente à l’extérieur, pourquoi pas ?!
      Oui, nous aussi, à 7 mois Poupette se réveillait encore beaucoup la nuit, mais ça s’est arrangé tout doucement, et ça a été de moins en moins difficile à vivre. Allez, courage ! Avec les beaux jours qui arrivent, les choses semblent moins dures ! Et profite bien de tes RTT, promis ?

      J'aime

  11. Merci Louna pour ton message, ton blog, et tes articles dans ma tribu, j’aime beaucoup te lire et je me reconnais aussi beaucoup à travers ton parcours 🙂 bonne idée la semaine de RTT, je connais une maman qui fait ça aussi de tant en tant, ça doit permettre de bien recharger les batteries. C’est important aussi de ne pas s’oublier en tant que femme. Promis, je vais profiter de mes RTT et du soleil, hâte que l’été arrive 🙂

    J'aime

  12. Pingback: Instant de grâce | Miss Lune

  13. Pingback: La trentaine | Miss Lune

  14. Pingback: 2+1=4 | Miss Lune

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s